Les bébés au-delà des barrières

Puériculture Le journaliste Cyril Jost et l’illustrateur Pierre Wazem publient «L’essentiel sur les bébés»

Un livre de vulgarisation sur les petits de 0 à 3 ans, sans «dogmatisme ni bonnes pratiques»

Futurs parents? Voilà peu ou prou le topo. Il y a d’abord l’excitation et les félicitations d’usage à l’annonce de l’heureuse nouvelle. Puis les nombreuses questions. On citera dans le désordre la grossesse, l’allaitement, l’éducation, le partage des tâches, les modes de garde ou la place des grands-parents… Ce bébé n’a pas encore forme humaine, mais au rayon conseils le couple désorienté peut déjà compter sur la bienveillance de son entourage pour étancher cette soif d’informations.

En guise de cadeau, les proches misent généralement sur J’attends un enfant suivi de J’élève mon enfant de Laurence Pernoud. Deux ouvrages certes complets et captivants pour des milliers de couples depuis des générations, mais terriblement dogmatiques. Bibles des sages-femmes, ils cloisonnent Monsieur et Madame (Mademoiselle) dans des rôles et des tâches bien définis.

Aujourd’hui encore, les ouvrages destinés aux futurs parents qui grossissent les rayons des librairies se cantonnent à recenser les bonnes et les mauvaises pratiques. Chacun y va de ses conseils. Que le propos soit scientifique, humoristique, pratique ou ludique, on finit par y perdre ses repères.

Dans cette jungle, le dernier livre de Cyril Jost est une bouffée d’oxygène. Le journaliste de 37 ans et responsable éditorial des Editions Loisirs et Pédagogie (LEP) publie L’essentiel sur les bébés, un ouvrage de vulgarisation sur les enfants de 0 à 3 ans rédigé «sans dogmatisme». Il couvre l’essentiel des thèmes relatifs à cette tranche d’âge, sous un angle très pratique. L’idée a germé à l’heure où l’auteur est devenu papa en 2009. «A l’époque, dit-il, j’avais un fort besoin d’informations, et je n’y trouvais pas mon compte.»

Le jeune papa se lance donc dans la rédaction d’un livre sur la puériculture à l’usage de tous. «Le sujet n’intéresse a priori qu’une frange de la population à un moment donné.» Oui, mais Cyril Jost le fait autrement. Avec ses lunettes de journaliste, il lit, même beaucoup, multiplie les sources, dégage les faits de l’opinion pour restituer les informations essentielles qui «permettront aux parents de faire leurs propres choix». «La littérature sur les bébés cloisonne les rôles dans le couple. Dans la réalité, ce sont les familles elles-mêmes qui se fraient un chemin et gèrent la répartition des tâches.»

Cyril Jost est une plume connue. Responsable de la rubrique économique de L’Hebdo, il quitte le magazine en 2012 pour s’occuper de ses deux filles et mener ses activités d’éditeur. C’est une voix aussi. Le journaliste incarne l’hilarant consultant économique indien Rajiv Patel sur les ondes de Couleur 3. Multi casquettes, il écrit beaucoup. Des ouvrages de vulgarisation comme l’Economie suisse, livre à succès coécrit avec Vincent Kucholl – animateur vedette de l’émission 120 secondes sur Couleur 3 – et illustré par le dessinateur Mix & Remix.

Avec les joies de la paternité, Cyril Jost découvre que le monde de la puériculture est «truffé de mythes et de croyances». Sans compter le trop-plein d’informations qui désinforme le couple. Et le culpabilise? Le journaliste cite l’allaitement. «Que l’on soit pour ou contre, c’est un sujet ultrasensible qui répond aujourd’hui à des règles beaucoup plus strictes qu’il y a vingt ou trente ans.» Autre sujet: faut-il coucher son enfant sur le dos ou sur le ventre? «La règle, depuis le début des années 1990, c’est de coucher les bébés sur le dos. Ce changement, couplé à d’autres mesures, a permis de diviser quasiment par dix les cas de mort subite du nourrisson en Suisse.»

Pour L’essentiel sur les bébés, Cyril Jost a consulté divers praticiens. Il a ainsi travaillé étroitement avec des sages-femmes et s’est inspiré, entre autres, de Remo Largo, pape alémanique de la pédiatrie et auteur d’ouvrages très factuels sur la puériculture. Le journaliste ne cache pas sa dette aux professionnels qu’il a côtoyés pour nourrir ses recherches. Il dit avoir beaucoup appris de sa collaboration avec les sages-femmes, des personnes «très engagées avec des convictions fortes. Il m’était donc crucial de séparer ce qui relève du fait de l’opinion.»

Oui, mais voilà, quand on devient père, on charrie son histoire familiale et ses propres certitudes sur le juste ou le faux pour son enfant. Tout journaliste qu’il est, Cyril Jost n’échappe pas à la règle. Il confesse volontiers que l’écriture du chapitre sur la famille fut un casse-tête. Tout comme les pages dédiées à l’apprentissage de la discipline. Il les réécrit d’ailleurs entièrement: «Elles étaient trop inspirées de mon expérience personnelle.» Ce chapitre subit aussi de nombreux remaniements après la relecture des professionnels. «Il y avait notamment un large consensus contre l’utilisation du mot punition pour lui préférer le mot sanction.»

Les pages consacrées au père et à la mère ne furent pas aisées non plus. Pour ne pas céder à la tentation d’y ajouter des aspects trop personnels, l’auteur s’est appuyé sur les statistiques. Si elles sont nombreuses dans le livre c’est pour démontrer que le développement de l’enfant n’obéit pas à une norme unique. «Un livre qui dit: un enfant marche en moyenne à 13 mois, c’est insuffisant, relève-t-il. La plupart des enfants font leurs premiers pas entre 10 et 20 mois, même si un bon tiers marche effectivement à 13 mois.»

Pour son ouvrage, Cyril Jost a collaboré avec un autre papa, le dessinateur Pierre Wazem qui signe les illustrations. Un duo masculin sur la puériculture donc. On serait tenté d’y voir une once de militantisme. Cyril Jost s’en défend: «Je ne suis pas pour que les pères s’impliquent plus. En 2014, il y a une multitude de manières de vivre la paternité. Certains hommes endossent le rôle traditionnellement dévoué à la mère. Certains partagent les tâches. D’autres font bouillir la marmite pendant que la mère s’occupe du bébé.»

L’auteur sourit en reconnaissant la prépondérance de dessins sur les papas, dans un premier temps. Un rééquilibrage s’imposait. «Avec Pierre Wazem, nous avons donc rectifié le tir en mettant plus de mamans.» Si L’essentiel sur les bébés n’ébranlera pas de sitôt l’hégémonie de Laurence Pernoud sur la puériculture, il est une lecture salutaire. C’est un futur papa qui vous le dit.

L’essentiel sur les bébés, Editions LEP. En librairie dès le 25 avril 2014.

«La puériculture est un monde truffé de mythes et croyances sur les bonnes et les mauvaises pratiques»