«Si je vous disais que les jeunes collectent des fonds pour acheter des milliers d’hectares de forêt tropicale? Cela semble improbable, voire impossible, mais c’est exactement ce que nous faisons», peut-on lire sous le portrait de Bella Lack, sur une page du site internet de l’association de préservation de la planète Reserva: The Youth Land Trust. Avec près de 145 000 followers et 80 000 tweets au compteur, cette lycéenne anglaise de tout juste 18 ans lutte corps et âme pour la protection de la faune et de la biodiversité.

A Richmond Park, le plus grand parc de Londres, la jeune rousse au visage d’ange a poussé et cultivé son «enchantement» pour la nature et les animaux. «J’ai toujours vu le monde comme sauvage et bouillonnant de vie», souffle-t-elle. Jusqu’au jour où sa «foi juvénile dans la force de la nature s’est érodée». Lorsqu’elle n’avait que 11 ans, c’est une vidéo sur la récolte de l’huile de palme, dévastant les forêts et menaçant la vie de bébés orangs-outans, qui «déclenche quelque chose» en elle.

«C’est cet amalgame de passion et de confusion qui m’a poussé à passer à l’action», confie l’adolescente. A 12 ans, elle mène son premier combat: sa campagne «In your palm», incitant ses camarades au boycott. Avant de découvrir que la déforestation n’est que la partie émergée d’un iceberg de désastres climatiques.

«Eduquer sa génération»

En première ligne du mouvement écologiste britannique, la native de Richmond est aujourd’hui jeune ambassadrice de la fondation Born Free, de la Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals, du Jane Goodall Institute, de Save the Asian Elephants et directrice de Reserva. En août 2018, elle a lancé une pétition pour interdire les animaux sauvages dans les cirques, obtenant 200 000 signatures. Un succès inattendu puisque, l’année suivante, l’interdiction a été adoptée dans la loi britannique. Depuis, elle multiplie les campagnes de sensibilisation et collecte des fonds via les réseaux sociaux pour «éduquer sa génération».

Lire aussi:  «I Am Greta» ou Fifi Brindacier contre la crise climatique

Alors, Bella Lack est-elle la Greta Thunberg de la protection de la biodiversité? Pas tout à fait. D’une part, si elle salue «l’action incroyable» menée par Greta, «les médias se sont trop concentrés sur ce visage du mouvement écologiste au détriment du message». «Pour réussir, plutôt que d’un leader, nous avons besoin d’une armée de voix en première ligne», insiste l’adolescente.

Aussi, lui coller l’étiquette d’activiste serait se méprendre. «Les activistes sont exclusivement ceux qui passent à l’action par le biais de manifestations, de grèves et de marches. Protéger notre planète n’est plus la responsabilité de quelques privilégiés. C’est un travail et une obligation morale pour tous ceux qui l’habitent et qui agissent à leur échelle», se défend-elle. Plutôt que de se définir comme militante, Bella préfère se dire qu’elle est «une adolescente qui fait ce qu’elle peut».

Lire encore:  Jane Goodall, une vie au chevet des chimpanzés

Mais au début de son engagement, sa détermination s’est heurtée à la réticence de ses parents. «Ils ont toujours eu une vision négative du combat environnemental et m’ont incitée à arrêter. Même si leur mode de vie a changé, aujourd’hui encore, c’est très difficile de les convaincre.» Qu’importe, la jeune fille a écrit pour le Daily Telegraph, The Ecologist et British Vogue, et a même donné une conférence TED appelant à l’action contre le changement climatique. Son avenir est tracé. Elle se voit déjà journaliste spécialisée dans les «enquêtes environnementales» pour pallier, dit-elle, la plus grande faille du mouvement écologiste: la manière dont il est communiqué.

Le projet de Bella est loin de s’arrêter là. Dès septembre 2019, elle a pris une année sabbatique pour vivre «une de ses plus belles expériences»: le tournage du documentaire Animal réalisé par Cyril Dion et à l’initiative de Jane Goodall, célèbre primatologue et modèle inconditionnel de la jeune Anglaise. Tout au long d’un extraordinaire voyage à travers le monde, Bella et son acolyte français Vilipan explorent des solutions à l’effondrement de la biodiversité et découvrent comment les humains peuvent coexister pacifiquement avec les autres êtres vivants.

«Nous devons rompre avec cette culture de domination sur la nature et sur les autres espèces», martèle la lycéenne. Elle aime se rappeler son échange avec le président costaricain «qui confère des droits à la nature» et a reforesté 50% de son pays. Comme se souvenir de sa rencontre avec une tribu indigène de la région qui «perçoit les humains comme d’autres animaux».

Les projets ne cessent de fuser dans la tête de Bella. Un jour, elle rencontre Alok Sharma, président de la COP26 (Glasgow), pour discuter de la diversité des voix à faire valoir pour l’événement. Le lendemain, elle s’attèle à l’écriture de son prochain livre, Children of the Anthropocene, sur le point d’être bouclé. Un essai qui raconte comment les jeunes du monde entier sont frappés par la crise environnementale et ce qu’ils font pour agir.

«Si l’on attend que les gouvernements agissent, ce sera trop tard. Si l’on compte uniquement sur les individus, ça ne suffira pas. Il faut une combinaison des deux», préconise-t-elle. En attendant, il est l’heure pour la lycéenne de préparer ses révisions pour le bac… avant de mener ses «enquêtes environnementales».


Profil

2002 Naissance à Richmond (Londres).

2014 Lance au collège sa première campagne «In your palm» pour le boycott de l’huile de palme.

2018 Devient jeune ambassadrice de la fondation Born Free.

2021 Sortie prévue du documentaire «Animal» de Cyril Dion.

2022 Sortie prévue de son livre «Children of the Anthropocene» (Ed. Penguin Life).


Retrouvez tous les portraits du «Temps».