Journalisme

Benoît Raphaël: «Google et Facebook ont engendré des monstres algorithmiques incontrôlables»

Pour contrer les algorithmes des réseaux sociaux qui nous enferment dans une «bulle de filtres», Benoît Raphaël élève des robots dans le but de reconnaître l’information de qualité. Ces intelligences artificielles pourraient bien servir de rempart aux «fake news», enjeu crucial de l’époque

Benoît Raphaël est éleveur de robots, une profession pleine d’avenir. Ces dix dernières années, le journaliste français a lancé une kyrielle de médias loués, jalousés ou décriés comme Le Post, Le Plus de L’Obs ou Le Lab d’Europe1. Tous expérimentent la relation entre l’humain et le robot dans la production de l’information.

Son dernier projet en date, Flint, a pour but de «t’aider à trouver des articles de qualité, te faire gagner du temps, et aussi te surprendre», indique le robot sur sa page dédiée. «Chaque jour, je lis des milliers d’articles et je t’envoie une sélection personnalisée des meilleurs dans une newsletter.»