Il y a ceux qui viennent en Suisse pour admirer la Jungfrau, franchir le pont de Lucerne, déambuler dans les rues pavées de Locarno. Et puis il y en a d’autres en quête de surprises, de bizarreries, d’étonnement. Pour ceux-là, un Atlas Obscura en ligne recense des lieux insolites du pays. «Le Temps» y a sélectionné quelques curiosités et vous y emmène par la plume…

Episodes précédents:

On y entre par une lourde porte de bois entrecoupée de barreaux de métal noir. Il y a près de trois cents ans, elle barrait la route aux patients dits «fous», détenus en cellule d’isolement. Situé à Ostermundigen, dans la banlieue de Berne, le Musée de la psychiatrie retrace l’évolution de la prise en charge des personnes atteintes de troubles mentaux du Moyen Age au milieu du XXe siècle, des camisoles de force à la médication, en passant par les thérapies par électrochocs. Un parcours insolite, souvent glaçant, qui amène à repenser la définition de la «folie» et dans lequel on découvre d’innombrables objets d’art brut réalisés par des patients autodidactes.

Le bâtiment du musée, fondé en 1993, abritait auparavant la Pfrundhaus, l’un des établissements du complexe de Waldau, asile conçu pour abriter des patients aux humeurs étranges, qu’on diagnostiquerait aujourd’hui dépressifs, bipolaires ou schizophrènes. Plus tard, le lieu sera renommé hôpital psychiatrique et asile d’aliénés, pour devenir, dès la fin du XXe siècle, la clinique universitaire d’aujourd’hui qui abrite 280 lits.