Elles sont 25 en 2021, ces femmes qu’un proche a tuées. Et l’année n’est pas terminée. Le funeste compteur des féminicides ne s’arrête jamais. Il effraie, il révolte, il questionne sur les actions à mener pour que le cauchemar cesse. Jeudi dernier, les flammes de militantes féministes brûlaient à Genève pour honorer la mémoire des victimes, mais aussi pour demander plus de moyens de lutte contre le phénomène.