Consommation

Le «Black Friday» est un désastre pour la planète, alerte Greenpeace 

La «fast-fashion» et la surconsommation de vêtements occasionnent de graves impacts environnementaux, alerte l’ONG à l’occasion du «Black Friday», journée de soldes organisée ce vendredi en Europe et aux Etats-Unis

L’ONG Greenpeace met en garde contre la surconsommation de vêtements, source de «graves impacts environnementaux», vendredi à l’occasion du «Black Friday». Cette journée de solde est organisée aux Etats-Unis après le jour de Thanksgiving et aujourd’hui également pratiquée dans de nombreux pays.

«Les vêtements font partie des articles les plus vendus» pendant le «Black Friday», souligne Kirsten Brodde, à la tête de la campagne «Detox my Fashion» menée par l’ONG depuis 2011. Cette tendance, appelée aussi «fast-fashion», génère déchets, pollutions, gaz à effet de serre et ne peut pas, à ce stade, être solutionnée par le recyclage, selon elle. «Il est difficile de résister à la bonne affaire, mais la «fast-fashion" signifie que nous consommons et jetons les vêtements plus vite que la planète ne peut le supporter», continue-t-elle.

Des impacts écologiques nombreux

La production vestimentaire mondiale a doublé ces 15 dernières années. Une personne achète 60% de vêtements de plus qu’il y a 15 ans, et garde chaque pièce deux fois moins longtemps, selon une enquête McKinsey citée par Greenpeace. Les marques ont multiplié le nombre de collections, tandis que, du Brésil à l’Inde ou la Grande-Bretagne, les prix ont moins augmenté que pour les autres biens de consommation courante, alimentant la frénésie: en 2014, pour la première fois, le nombre de pièces produites sur un an a dépassé 100 milliards, soit presque 14 par humain, selon la même étude.

Lire aussi: Notre vie demain? Plus sobre, et plus heureuse

Or, les impacts écologiques sont nombreux: pollutions chimiques issues des usines ou des pesticides utilisés dans les champs de coton, usage intensif d’eau et d’énergies sources de réchauffement. Le boom du synthétique est particulièrement problématique, note Greenpeace, notamment le polyester qui émet plus de CO2 que le coton, a du mal à se dégrader et peut contenir des microfibres de plastique, poison des océans.

Selon Greepeace, «le recyclage est un mythe». Des stocks de vêtements d’occasion sont exportés vers les pays du Sud, mais leur usage limité par leur qualité souvent piètre. «Les marques doivent repenser leur modèle du jetable et produire des vêtements durables. En tant que consommateurs, nous avons aussi ce pouvoir: avant d’acheter, nous pouvons tous nous demander «ai-je vraiment besoin de ça?"», ajoute Kirsten Brodde.

Lire aussi:  A Lausanne, un Ken en chair et en os pour dénoncer les conditions de fabrication des jouets

Publicité