Déchirez-moi ça

Bonne nouvelle, femme moche et cernée: «Remodeler ton visage devient un jeu d’enfant!»

CHRONIQUE. Chaque semaine, notre chroniqueuse propose une revue de presse du meilleur du pire des magazines féminins estivaux. Aujourd’hui, les insupportables routines «anti-âge» en 45 étapes (illustrées par des ados, bien sûr)

Chère presse féminine,

J’ai lu avec intérêt cette semaine le dossier spécial de Femme Actuelle intitulé «Teint zéro défaut: gommer les rougeurs, estomper les cernes, remodeler ses traits devient un jeu d’enfant!» (Une excellente nouvelle, visiblement, pour nous autres moches de plus de 16 ans. La prochaine fois, autant y aller franco et titrer «Comment changer de gueule, parce que la tienne, flasque et grise, fait clairement flipper».)

J’ai d’abord parcouru l’article «Ma routine anti-âge: un rituel pour repulper la peau». En six étapes, hein, parce que c’est bien connu: les femmes n’ont rien d’autre à faire que de se palper-rouler le front et les pommettes avec «une ventouse dotée d’une bille massante en métal» avant «la vaporisation d’un voile d’eau florale, afin d’éliminer les résidus de calcaire» (le tout pour la modique somme de 200 balles, et ne commence pas à discuter, sale pince, c’est pour ton bien).

Il va sans dire que la suite du dossier, «Rajeunir sans bistouri», était illustrée elle aussi par des ados retouchées blanches et fermes comme des litchis. L’ensemble menant à une question, certes, simple, basique: pourquoi?

Pourquoi, en 2018, incite-t-on encore les femmes à «rajeunir» avant péremption? Pourquoi est-ce que mes amies de 28 ans font un sourire radieux quand on leur demande leur carte d’identité avant de repartir avec leur paquet de clopes? Pourquoi, même quand on lit Despentes et Slimani, se surprend-on (moi la première) à s’exclamer avec entrain: «36 ans! Bah dis donc, tu les fais pas!»

J’ai donc reposé Femme Actuelle et ouvert Vital. Grave Erreur. «Nous autres les sportives avouons une série de préoccupations récurrentes, parmi lesquelles le ventre se classe dans les premières places (ndlr:??!). Pour nous toutes, il doit s’afficher plat, signe apparent d’une fille bien dans ses baskets! Préoccupation de chaque instant, donc, parce que…» Et là: pas de chance, les magazines sont malencontreusement tombés dans une poubelle.


Chroniques précédentes:

Publicité