Aller au contenu principal
Et si ce management moderne et «à la cool» était au final bien plus vicieux que l’ancien?
© Giroscope pour Le Temps

travail

Au bureau, la tyrannie du «cool»

Un chef qui veut jouer au ping-pong est-il plus enviable qu’un N+1 grincheux consignant sur Excel chaque retard de ses sbires? Pas sûr. Quand l’entreprise érige la bonne humeur en obligation, les larmes et la souffrance affleurent

Son patron les avait déjà embarqués pour trois jours mêlant quad et open bar en Tunisie. Joséphine* en était revenue exsangue, avec le souvenir déstabilisant de son employeur en train de mimer l’éléphant sous les stroboscopes. Alors, quand celui-ci a annoncé le prochain séminaire à Ibiza, cette assistante de direction a décliné. Plus l’énergie de faire un énième concours de tequila entre collègues.

«Dès l’entretien d’embauche, le boss m’a prévenue: ici, on boit. Au début, j’ai adoré l’ambiance, la musique à fond, les apéros improvisés. Et puis j’ai eu des problèmes familiaux m’obligeant à partir tôt: j’ai été alors placardisée, puis virée. Sans regret. A la fin, j’avais l’impression de gérer une bande de gamins irresponsables.»

Révolution silencieuse dans l'open space

Si l’expérience de Joséphine dans cette start-up du luxe est un cas extrême, elle reste symptomatique d’une révolution silencieuse à l’œuvre dans l’open space: nos bureaux ressemblent de plus en plus à un «goûter d’anniversaire géant», comme l’observe Nicolas Santolaria dans Le syndrome de la chouquette, ou la tyrannie sucrée de la vie de bureau.

La liberté, l’autonomie, l’épanouissement sont devenus les nouveaux leviers paradoxaux de cet asservissement ludique

Nicolas Santolaria

A la lecture de cet inventaire savoureux des nouvelles mythologies professionnelles, un constat, impitoyable: le «prolétariat moderne» serait trop occupé à faire des parties de ping-pong, brainstormer affalé dans des canapés mous, et à se réapprovisionner au distributeur de bonbons, pour penser lutte des classes et amélioration des conditions de travail. «Si l’entreprise nous tient effectivement captifs, poursuit l’auteur, elle le fait aujourd’hui d’une façon renouvelée, masquant de plus en plus habilement son caractère carcéral et répressif. La liberté, l’autonomie, l’épanouissement sont devenus les nouveaux leviers paradoxaux de cet asservissement ludique.»

L’auteur érige la chouquette, une viennoiserie française constellée de gros morceaux de sucre réconfortants, en symbole de l’impossible rébellion. Comment se plaindre frontalement d’un salaire en berne quand le patron apporte un sachet de pâtisseries, publie des émojis «haha» sous les profils Facebook de ses subalternes et s’habille comme un adolescent attardé pour mieux se fondre dans la masse salariale? Et si ce management moderne et «à la cool» était au final bien plus vicieux que l’ancien?

Le bonheur comme injonction

Dans le vieux monde, l’entreprise baignait dans le mythe de la rationalité, et pratiquait la distance affective. Désormais, sous couvert d’horizontalité et de «patron-pote», de nouvelles formes de domination apparaissent, d’autant plus efficaces qu’elles ne se présentent pas comme telles, confirme la sociologue Aurélie Jeantet, qui publie Les émotions au travail (CNRS Editions). Elle poursuit: «Le travailleur finit par intérioriser les logiques productivistes. Il est prêt à mettre sa santé en jeu pour atteindre les objectifs, parce qu’on lui répète qu’on est tous dans le même bateau. Pourtant c’est faux, les antagonismes restent les mêmes…»

Impulsée par les start-up, cette philosophie de la «coolitude» a désormais ses gourous: les Chief Happiness Officers – plusieurs milliers sur LinkedIn –, néo-responsables de la joie de vivre dans l’entreprise, jamais à court d’idées disruptives pour transformer l’open space en une fête permanente.

Dans cette ambiance cool, on évite souvent de regarder comment le travail s’effectue réellement. La confusion entre vie privée et vie professionnelle y est souvent totale

Aurélie Jeantet

Le bonheur est cependant une chose fragile: en 2016, l’entreprise française MinuteBuzz, spécialisée dans la production de vidéos virales, s’autoproclamait «start-up la plus heureuse du monde». Son fondateur prêchait «le bonheur et la passion», grâce à des «questionnaires de bienveillance» distribués aux employés pour mieux s’aimer les uns les autres, des projets «autogérés» inspirés du modèle de l'«entreprise libérée», et avec des salariés tirés au sort pour aller déjeuner ensemble. En janvier, le magazine Society montrait dans une enquête acide l’envers de cet «univers happytoyable»: un patron égocentrique flirtant avec le harcèlement.

La frontière abolie avec la vie privée

Au-delà de la simple chouquette, Nicolas Santolaria épingle aussi plusieurs autres nouvelles lubies du monde du travail. Comme le «free sitting» permettant aux employés de changer de bureau chaque matin, afin d’avoir le sentiment de se réinventer quotidiennement. Sauf qu’en l’absence de fauteuils à roulettes pour chacun, ce système favorise surtout le pointage aux aurores.

Parfois, le salarié est invité à fixer lui-même son salaire, ou le nombre de ses congés, comme chez Netflix. Un modèle «buffet à volonté» digne d’un village de vacances, masquant en réalité un outil de contrôle efficace. «On finit, note l’auteur, par se demander si on mérite autant de vacances, et chacun devient son meilleur contremaître.»

A lire aussi: La malédiction du talent

Selon les spécialistes, un salarié heureux augmenterait la productivité de 12 à 15%. Mais le bonheur dépend-il d’une animation hotdog à la cantine ou d’un salaire et d’horaires décents? «Dans cette ambiance cool, on évite souvent de regarder comment le travail s’effectue réellement, confirme Aurélie Jeantet. La confusion entre vie privée et vie professionnelle y est souvent totale. Tout comme le jeune parent et le senior sont stigmatisés, parce qu’ils n’ont pas le temps ou l’énergie de s’éterniser à l’apéro. Ce management suscite aussi des déceptions plus fortes puisqu’on met plus de temps à se rendre compte que sa situation reste précaire.»

On ne licencie plus, on libère

Voici donc le vrai pouvoir de cette bonne humeur impérative: plus le droit de râler dans un open space transformé en boum. Les réfractaires peuvent vite se faire indiquer la porte. Plus précisément: le patron ne les vire plus, mais «libère». «Là où le licenciement s’abat sur vous de manière unilatérale tel un implacable couperet, la «libération» vous invite au contraire à devenir proactif dans le processus exotique consistant à aller voir ailleurs», ironise Nicolas Santolaria. Le fondateur de la start-up américaine Udacity, dédiée aux formations en ligne, parle même de «Projet Liberté». Soit le chômage, mais en plus «cool».

A lire aussi: «Millennials» en détresse

* Nom connu de la rédaction

 


À lire

  • Nicolas Santolaria, «Le syndrome de la chouquette», Editions Anemosa, 2018, 240 pages.
  • Aurélie Jeantet, «Les émotions au travail», CNRS Editions, 2018, 326 pages. 

Le stress au travail, un fardeau suisse

Des parties de baby-foot ou des verrées ne suffisent pas à éliminer la souffrance au travail. La Suisse est d’ailleurs une mauvaise élève dans ce domaine. Un employé sur quatre est victime de stress au travail, selon une étude publiée en 2016 par Promotion Santé Suisse. La situation est d’autant plus préoccupante que la moitié des actifs se trouvent dans la «zone sensible», c’est-à-dire qu’ils sont au bord de ne plus pouvoir répondre aux attentes de leur patron. Tyrannie de la performance, peur du licenciement, pressions du supérieur hiérarchique, les raisons du mal-être sont nombreuses.

Premières victimes: les jeunes. Ces derniers sont moins armés que leurs aînés pour faire face au stress. Les collaborateurs plus expérimentés dégagent plus facilement des marges de manœuvre et ont une plus grande assurance, souligne l’étude. Les dangers psychiques ne sont pas qu’un problème individuel, ils sont également un lourd fardeau pour les entreprises suisses. Le stress coûte environ 5,7 milliards de francs par an à l’économie nationale.

Florian Delafoi

Publicité
Publicité

La dernière vidéo société

Alain Petitmermet: «J'ai vu cinq fois des gens passer sous ma locomotive»

Le mécanicien de locomotive a vécu en vingt ans de carrière entre cinq et six suicides. Il a dû abandonner le métier durant plusieurs années, avant d'y revenir avec une foi chrétienne grandissante, au point de vouloir y consacrer un livre

Alain Petitmermet: «J'ai vu cinq fois des gens passer sous ma locomotive»

n/a