Sur les réseaux

#Carbonaragate: c'est l'Italie qu'on assassine

Peut-on mettre de la crème dans la carbonara? Non. Et des lardons? Non plus. Une recette «one pot pasta» postée sur un site français provoque un tollé en Italie. Toute la presse en parle. Touche pas à mes pâtes!  

Récemment, revoyant une vidéo en hommage à Jean-Pierre Coffe, je me disais: incroyable ce que les Français ne connaissent rien aux pâtes! Non seulement ils les confondent toutes, les cuisent beaucoup trop, en parlent comme d’un produit par défaut, mais en plus, ils ne savent même pas prononcer leurs noms correctement. Alors, évidemment, ce qui devait arriver est arrivé. Tant de désinvolture allait conduire au clash. Sur les réseaux il s’incarne par les hashtags #carbonaragate et #JeSuisCarbonara, en solidarité avec la pasta italienne victime des fautes de goût de la France.

L’origine de cette querelle diplomatique? Une vidéo sur Demotivateur, un site de divertissement (et une chaîne de vidéos sur Facebook), dont un des onglets est dédié à la bouffe facile, rapide et souvent très grasse. Fin mars, le site poste la recette du «one pot pasta a la carbonara», inspirée du livre de Martha Stewart, dont le principe est de mettre tous les ingrédients dans un peu d’eau bouillante – dont les lardons et les oignons – de laisser mijoter, puis d’ajouter la crème fraîche et le parmesan. On mélange dans la casserole et à la fin, sur assiette, on pose un oeuf cru et un peu de persil plat pour faire joli. C’est l’Italie qu’on assassine!

«Tout est faux dans cette recette» s’étranglent les Italiens qui ont découvert le sacrilège début avril. Un groupe Facebook est immédiatement mis en place «Sai cosa mangi» ripostant à la barbarie française par un «Pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font». La presse transalpine emboîte le pas. Pour «Wire Italia», la vidéo est une série d’horreurs à «donner la chair de poule à la plus pacifique des mères au foyer» tandis que le site de l'«Espresso» recense tous les crimes commis dans la recette. Le premier étant le concept même de «one pot», sachant que les pâtes doivent être cuites al dente dans un grand volume d’eau. Le second étant l’emploi de la crème, véritable hérésie. L’immonde recette a même fait l’objet d’un article dans le «Corriere della sera», tandis que «Repubblica TV» calmait le jeu par la pédagogie en mettant en ligne la vidéo d’un chef italien pratiquant la vraie carbonara.

Barilla se désolidarise

La vague d’indignation et de dégoût a eu raison de l’objet du conflit. La vidéo a été retirée de la page Facebook du Demotivateur après avoir atteint un million de vues. La marque Barilla elle-même, qui apparaît dans les 26 secondes du film - la recette est faite avec des farfalle - s’est désolidarisée: «Mon Dieu! Nous sommes ouverts à toutes les interprétations créatives de la mythique carbonara, mais celle-ci va clairement trop loin…»

Les Français avaient pourtant été avertis par la blogueuse Floriana, référence en matière de gastronomie italienne en France: on ne plaisante pas avec la pasta. En 2010 déjà, pour éviter que sévissent plus longtemps les trolls de la carbo, elle livrait avec beaucoup d’humour la recette de la carbonara authentique qui ne comprend que cinq ingrédients: des spaghettis, du guanciale (de la joue de cochon), du pecorino (fromage de brebis), des jaunes d’œufs et du poivre. C’est ce dernier, par sa couleur charbon, qui a donné son nom à la préparation. Son billet est devenu culte sur le web, tout comme son compte twitter. 

Il fallait bien toute son autorité pour que cessent les variantes les plus savoyardes de cette recette typiquement romaine. Car, selon Rue 89 qui a analysé le site de marmiton.fr, toutes les «carbo» made in France sont noyées sous la crème. Comme le disent les internautes transalpins, on vous laisse la Joconde, mais pitié, laissez-nous les pâtes.

D’accord, mais «est-ce péché de les aimer avec de la crème et des lardons?» demande un internaute. Non, bien sûr, mais cette préparation porte un autre nom, nous apprenait mardi Pierre-Etienne Joye dans «Le Goût des autres» sur la RTS la Première. Ah bon lequel? «Les pâtes de chalet». Moins sexy, évidemment

Publicité