Éditorial

Catherine Deneuve, les «hystériques» et tous les autres: il faut qu’on parle

ÉDITORIAL. Ces derniers jours, entre deux tribunes cinglantes, on a entendu tout et n'importe quoi au sujet du féminisme. Une cacophonie qui offre l’occasion de recentrer le débat et de souligner l'importance des mots

«Elle est très jolie, ta robe.» C’était un compliment courtois, prononcé par-dessus le bourdonnement d’une machine à café. «Merci», ai-je sincèrement répondu à mon collègue. Parce que nous sommes en 2018, s’ensuivit une conversation au sujet de la peur de certains hommes d’être mal compris, accusés d’antiféminisme, voire de harcèlement. Je le rassurai sur ce point, émue par cette introspection nouvelle des hommes de mon entourage. Si l’anecdote peut sembler anodine, elle incarne pourtant toute la subtilité, la complexité du débat actuel.

Lire également: Le clash féministe, une passion française?

Le mouvement de libération des femmes qui soulève depuis quelques mois espoirs et craintes reste difficilement saisissable. Et quand s’écharpent par tribunes interposées des personnalités qui revendiquent toutes leur part de «féminisme» sans même réaliser qu’elles n’ont pas la même définition du mot, il est clair que la cacophonie mène au dialogue de sourds. Ceci offre deux opportunités.

D’une part, celle de recentrer le débat, qui ne souffre aucune caricature, aucun raccourci ou sophisme. Finalement, de quoi parle-t-on? Le féminisme est un combat contre les violences faites aux femmes, pour l’égalité des droits et des libertés entre hommes et femmes. Une égalité dont, au passage, Catherine Deneuve, Catherine Millet et les autres signataires de la tribune du Monde oublient de se revendiquer. Pour compliquer la chose, un malentendu majeur est venu se glisser dans la conversation: le hashtag #MeToo dénonce violences et abus de pouvoir, tandis que les signataires de la tribune disent défendre la liberté sexuelle. Ce sont deux choses distinctes. Personne ne remet en cause la liberté sexuelle, et affirmer le contraire relève de l’imposture intellectuelle.

Ni pudibonderie, ni misandrie, ni puritanisme

Contrairement à ce qu’on a pu lire ou entendre, le mouvement féministe actuel n’a rien à voir avec de la pudibonderie, avec de la misandrie ou du puritanisme. Il ne s’agit ni d’«une guerre des femmes contre les hommes», ni d’une «guerre des jeunes contre les vieilles», «du rigorisme anglo-saxon contre la séduction à la française», «des pleurnicheuses contre les femmes fortes», «des prudes parano contre les libertines décomplexées». Ces oppositions artificielles occultent la seule vraie question des féministes: celle de l’égalité.

Lire l'article lié: Portrait de la galaxie féministe romande

La seconde opportunité qu’offre l’époque est celle du dialogue. Il est crucial d’inviter toutes les parties à s’interroger, poser des questions en cas de doute, tendre l’oreille, faire preuve d’empathie au-delà de l’expérience individuelle de chacun. Sortir du mépris. L’idée n’est pas de faire «changer la peur de camp», mais bien qu’elle disparaisse. On l’a dit ici et ailleurs: cette révolution est l’affaire de tous et aucune tribune ne l’arrêtera. Entre la crème et le sucre de la machine à café, elle est même déjà là.

Dossier
Harcèlement et agression sexuels, la loi du silence

Publicité