Des chercheurs américains ont réussi à greffer des cellules souches cérébrales humaines dans le cerveau d'un fœtus de macaque. Dans un article paru le 26 juillet dans l'édition en ligne de la revue Science, les chercheurs montrent que ces cellules ont bel et bien participé à la formation du cortex du singe. Les cellules souches en question ne sont pas totipotentes, comme celles qui sont prélevées sur des embryons et dont il est question ci-contre. Il s'agit de cellules qui peuvent se développer en n'importe quel tissu cérébral – mais uniquement cérébral. Elles ont été prélevées sur des fœtus humains avortés de quinze semaines.

Ces cellules ont été marquées pour pouvoir être suivies à la trace. Les chercheurs en ont injecté 20 millions dans le ventricule latéral gauche de trois fœtus de Macaca radiata. Après 17 semaines, les petits singes ont été tués.

Résultat: les cellules humaines se sont parfaitement intégrées au cerveau de l'animal, comme si la barrière des espèces n'existait pas. Une partie des cellules humaines a migré dans l'organe et a participé au développement du cortex en devenant des neurones ou des cellules gliales. L'autre, au contraire, est restée indifférenciée dans les profondeurs du cerveau pour y jouer le rôle de réserve.

Les chercheurs motivent leurs travaux avec des arguments médicaux de lutte contre la maladie d'Alzheimer ou de Parkinson. Il est à parier que le public, bientôt inspiré par le prochain film de Tim Burton, La Planète des singes, voit cette expérience d'un œil nettement plus soupçonneux.