Une centaine de patients qui estiment avoir subi des dommages dus au médicament Vioxx envisagent de porter plainte contre le groupe pharmaceutique Merck. Ce dernier a retiré son remède du marché en septembre. L'Organisation suisse des patients et assurés (OSP) recueille actuellement des témoignages.

L'OSP recherche les personnes qui ont pris le Vioxx pendant 18 mois au moins et qui ont subi un infarctus du myocarde, un accident vasculaire cérébral, une thrombose ou une embolie. Le Vioxx est un traitement contre l'arthrite. Il a été retiré du marché suite à la publication d'une étude montrant qu'il accroîtrait les risques d'infarctus et d'attaque cérébrale. Le Vioxx est produit par Merck, présent en Suisse sous le nom de MSD.

Pas de plainte collective

L'OSP estime que 600 personnes pourraient être concernées. Elle a déjà reçu plus d'une centaine de témoignages. Elle souhaite les confier tous à un seul avocat pour que les dossiers soient instruits de façon unifiée. Les plaintes collectives «à l'américaine» n'étant pas possibles en Suisse, la procédure pourrait déboucher sur une série de plaintes individuelles. L'OSP n'exclut pas qu'un accord à l'amiable puisse être trouvé avec Merck. L'entreprise américaine semble actuellement étudier ce qui se passe dans les autres pays.

L'OSP tente également de négocier avec la firme des critères d'exclusion valables pour toutes les plaintes, comme l'obligation d'avoir pris le médicament pendant au moins 18 mois, et essaie de «trouver un accord pour une somme globale de dédommagement à verser aux plaignants». Deux plaintes ont déjà été déposées contre le laboratoire aux Etats-Unis.

Pas de danger aigu

Selon l'institut helvétique de contrôle des médicaments, Swissmedic, les patients traités au Vioxx ne courent pas de danger aigu. Swissmedic rappelle en outre que les résultats obtenus sur le Vioxx ne peuvent pas être «simplement transposés» aux autres anti-inflammatoires non stéroïdiens (lire LT 11.10.04).

De son côté, le groupe Pfizer a écrit une lettre à tous les médecins pour leur rappeler qu'il commercialise deux produits semblables au Vioxx, sans occasionner, prétend-il, les effets indésirables. Mais la Food and Drug Administration (FDA) américaine a d'ores et déjà déclaré que l'un d'entre eux, le Bextra, présentait les mêmes désavantages que le traitement de Merck.