C'est un double anniversaire fêté d'un coup d'un seul, dès demain à Palexpo, dix jours durant. Organisé pour la première fois du 29 avril au 7 mai 1905 dans le Bâtiment électoral, boulevard Georges-Favon, le Salon de l'auto de Genève commémore cette année son siècle d'existence. La manifestation célèbre aussi en 2005 sa 75e édition internationale. Pourquoi 75 éditions et non pas 100? Parce que ses débuts ont été régionaux et irréguliers, et que la Seconde Guerre mondiale a mis l'événement entre parenthèses pendant sept années.

Les organisateurs ont scandé leur 75e édition par des événements, expositions ou parutions qui prennent la mesure des progrès automobiles accomplis en un siècle. Cet aspect rétrospectif est plutôt discret, le salon étant avant tout une affaire commerciale dont le centre de gravité est le présent, et le carburant la séduction de la clientèle. Il n'empêche: une charmante exposition historique passe en revue 100 années d'automobiles suisses, de la Thury-Nussberger à vapeur de 1878 à la Rindspeed Splash de 2004. La quinzaine de modèles est mise en scène avec soin, dans des décors d'époque, accompagnée d'informations précises.

Sur leurs stands respectifs, des marques automobiles rendent hommage au salon en exposant quelques-unes de leur créations passées. C'est l'occasion pour Skoda, Lancia, Alfa Romeo, Volvo, Aston Martin, BMW, Subaru, Audi ou Honda d'instaurer un dialogue entre leurs stars historiques et leurs nouveaux modèles, voire leurs prototypes futuristes. Le visiteur peut comparer l'avant et l'après, constater la parenté stylistique entre la Jaguar Type E (présentée en première mondiale à Genève le 13 mars 1961) et l'étude en aluminium qui préfigure le nouveau coupé de la marque britannique. De même, l'ADN de l'Alfa Romeo Giuletta TZ de 1961 se retrouve dans le coupé Brera du constructeur italien, dont la sortie est prévue en fin d'année. Audi revient en détail sur les 25 années de sa Quattro, alors que Volvo préfère exposer un prototype de 1972 qui servait à améliorer la sécurité des voitures suédoises. Bref, chaque marque a choisi un modèle métaphorique, qui condense son identité en rappelant qu'un style ou une philosophie automobile ne viennent pas de nulle part, mais résultent d'une longue évolution. Il est à cet égard regrettable que seule une vingtaine de constructeurs aient accepté d'accompagner les organisateurs du salon dans leur effort de mémoire.

Cette même mémoire est détaillée dans un imposant ouvrage qui paraît pour le salon, détaillant par l'image et le texte les décennies successives de la manifestation genevoise. L'édition anniversaire est également marquée par la frappe de monnaies commémoratives ou l'édition de timbres spéciaux.

Le 75e Salon table par ailleurs sur des premières mondiales, européennes ou suisses, dont aucune ne constitue une surprise colossale, ou marque une vraie révolution technologique. Attention toutefois à la nouveauté que représente le trio compacte des Toyota Aygo, Peugeot 107 et Citröen C1, trois minuscules voitures urbaines sorties du même moule (92% de pièces communes) et aux grandes ambitions européennes.

La terrible concurrence automobile actuelle a accéléré le rythme des nouveautés, souvent présentées hors salons internationaux, que ces derniers soient biennaux (Paris, Francfort), ou annuels (Detroit, Genève). Et les salons eux-mêmes ont changé d'identité: ils sont désormais moins des lieux de vente que des occasions de tester auprès du grand public des nouvelles lignes, des techniques innovatrices, des équipements inédits, lesquels seront ou non réalisés en fonction des réactions des visiteurs. Les multiples lancements de nouveautés tout au long de l'année et cette fonction de «banc d'essai» expliquent qu'un salon comme celui de Genève ne dévoile plus, ou un peu moins, de retentissantes «premières mondiales». Ce qui ne constitue pas une raison de bouder le plaisir de la découverte, ou de vivre à Palexpo sa passion pour l'automobile, celle d'hier comme d'aujourd'hui.

75e Salon international de l'automobile de Genève, Palexpo, du 3 au 13 mars 2005. Attention aux nouveaux horaires: 10 h-20 h pour les jours de semaine, 9 h-19 h samedi et dimanche. Billets combinés CFF-Salon. Repas «Evitez les encombrements routiers» dès 18 h au forfait de 20 francs. Rens: http://www.salon-auto.ch ou 022/761 11 11.