Au tournant de l'année, «Le Temps» fouille dans les expressions idiomatiques traduites dans les quatre langues nationales (source: Marine Borel, «D'une pierre 4 coups», Ed. Salvioni). Dans les autres langues: «4 Fliegen mit einer Klappe», «4 Piccioni con una fava», «Ün viadi e 4 servezzans».

Episodes précédents:

Attention, âmes sensibles s’abstenir. L’oignon évoqué a peu à voir avec les petits chapeaux végétaux dont nous aimons agrémenter nos plats. En argot du XIXe siècle, «oignon» désignait l’anus. C’est dit. Et l’on comprend peut-être mieux pourquoi un synonyme du fameux «c’est pas tes oignons» est «occupe-toi de tes fesses».

Du côté de nos cousins latins, au Tessin il est également question de corporalité. «Non sono cavoli tuoi» – ce ne sont pas tes choux – renvoie à l’attribut masculin, souvent désigné par «cavolo». Mais ce légume est omniprésent dans les expressions italiennes, rappellent les auteurs du livre. Dans «non vali un cavolo» – tu ne vaux pas un chou –, il revêt le sens d’objet de peu de valeur, tandis qu’employé dans «fatti i cavoli tuoi» – occupe-toi de tes choux –, il signifie, comme dans l’expression qui nous intéresse, «des affaires».

Mathématiques de comptoir

Mais soyons rassurés, les Suisses alémaniques n’ont, eux, pas recouru à l’anatomie. «Das ist nicht dein Bier» – ce n’est pas ta bière – prendrait sa source non pas à la pression, mais dans la poire («Birne»), synonyme de «chose», qui aurait dérivé vers une saveur plus houblonnée. Cela dit, il n’y a aucune certitude sur l’origine de l’expression, mais dans les deux cas – poire ou bière –, il s’agit d’un objet qui n’appartient pas à celui auquel on s’adresse.

Enfin, terminons avec la plus surprenante. «Quai nun es teis amulain», en dialecte vallader, revient en français à «ce n’est pas ta table de multiplication». Mais où sont-ils allés chercher ça, les Grisons? Il semblerait qu’«Amulain» soit un emprunt au suisse-allemand «Amoleins», lui-même issu d’«Einmaleins» en allemand. Le pourquoi de la table de multiplication reste un mystère, mais le terme est intéressant, car il serait un exemple des échanges ayant eu lieu entre les régions: en effet, au XIXe, plusieurs enseignants grisons ont été formés en suisse-allemand, à Coire.