Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

DEFILES

La chasse aux mannequins maigres s'étend

Milan veut faire contrôler le poids des top models.

Après Madrid, Milan. Après une ville sans importance sur l'échiquier de la mode, un de ses épicentres. La chasse aux mannequins trop maigres prend de l'ampleur.

L'idée est donc partie il y a dix jours de Madrid, quand les organisateurs de la semaine de la mode locale ont interdit à certains mannequins de défiler. Motif: trop maigres.

En fin de semaine passée, l'appel madrilène a été repris par Letizia Moratti, la mairesse de Milan, où tout le gratin de la mode et des top models doit se retrouver, dès dimanche, pour 10 jours de défilés. Letizia Moratti demande que les marques calculent la masse corporelle des mannequins qu'elles engageront pour porter leurs créations: «Il faut arrêter de proposer aux adolescentes des modèles malsains, nous sommes responsables des troubles alimentaires dont souffrent de plus en plus de jeunes, anorexie, boulimie, etc.», a-t-elle dit au Corriere della Sera.

Selon les critères de l'Organisation mondiale de la santé, une jeune femme de 1 mètre 75 ne devrait pas peser moins de 55 kilos. «Si nous devions appliquer ces critères, très peu de mannequins cotés sur le marché international auraient le droit de défiler», a déclaré Riccardo Gay, chef d'une agence milanaise, au quotidien InternationalHerald Tribune. Dans le même journal, le directeur de la Chambre de la mode milanaise, Mario Boselli, a déclaré qu'il ne voulait pas de règlement et préférait faire «confiance au bon sens des marques italiennes». «Le look affamé était d'ailleurs démodé», a-t-il ajouté. Une affirmation que contredit l'apparition récente, sur le marché, de tailles extrêmement menues (lire Le Temps du 19.08.06).

L'appel de la mairesse de Milan semble plus difficile à appliquer dans la ville italienne qu'à Madrid. Les autorités madrilènes subventionnent les défilés de leur ville, contrairement aux autorités milanaises. Vendredi, Didier Grumbach, le président de la Chambre syndicale parisienne, s'est déclaré contre des contrôles systématiques.

Cette polémique sur la maigreur est aussi vieille que le métier de mannequin. On retrouve sa trace dans des journaux du début du XXe siècle déjà, où des voix s'élèvent contre l'aspect squelettique des filles alors à la mode.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo société

Au Vietnam, on se nourrit volontiers de serpents

Les Vietnamiens sont friands de serpents. On y voit l'influence de la tradition chinoise. Mais la pratique choque, y compris dans les villes du pays

Au Vietnam, on se nourrit volontiers de serpents

n/a