Il s’est fondu dans le décor. Comme on entrerait dans un tableau pour y disparaître, faire corps avec le relief cotonneux des sommets, les parfums vanillés de la flouve, le foisonnement de la mousse et des fougères, le mufle tiède des vaches à la désalpe, les chalets découpés comme des guirlandes de papier… Dix-huit mois après avoir rouvert la mythique Pinte des Mossettes, sur les hauts de Cerniat, au lendemain de la pandémie, Nicolas Darnauguilhem s’est approprié le terroir opulent de la Gruyère.