Les immenses dunes du deuxième plus grand désert de Chine, le Badain Jaran, en Mongolie intérieure, contiendraient de gigantesques réserves d'eau souterraines qui pourraient suppléer au manque d'eau chronique affectant le nord du pays, rapporte la revue Nature du 25 novembre. Des scientifiques chinois, australiens et britanniques ont été stupéfaits de constater dans cette zone aride la présence d'une abondante moisissure à une profondeur de quelque vingt centimètres sous le sable. Cette découverte expliquerait les raisons pour lesquelles les dunes du Badain Jaran, les plus élevées du monde (500 m), résistent à l'érosion éolienne.

«Cette eau agit comme un agent de cohésion, donnant aux dunes une résistance contre l'érosion et les glissements de sable», indique l'étude. Le Badain Jaran n'enregistre que des précipitations de 40 millimètres par an avec un taux d'évaporation cinq fois supérieur. Les chercheurs ont indiqué que l'eau emprisonnée sous les dunes ne proviendrait pas des 72 lacs éparpillés dans cet unique paysage, mais de la neige fondue des monts Qilian, situés à 500 km au sud-ouest.

Cette eau précieuse coule par les failles de la montagne et se fraie un chemin dans les couches profondes de carbonate pour finalement atteindre les dunes et les lacs du Badain Jaran. Selon les calculs effectués par les scientifiques, 500 millions de m3 d'eau pourraient être ainsi recueillis à partir des profondeurs de ce désert.

Cela pourrait constituer un succédané plus économique et plus pratique techniquement qu'un projet d'irrigation dans le nord des monts Qilian, qui coûterait 500 millions de dollars et qui ne pourrait fournir annuellement que 25 millions de m3 d'eau.

Toutefois, l'équipe conjointe de l'Université australienne du Queensland et de Hohai à Nankin, estime que l'extraction de l'eau dans les dunes ne pourra être réalisée que si elle n'affecte pas sérieusement l'environnement. Le nord et le nord-ouest de la Chine sont gravement menacés par les sables qui