Leurs têtes, leurs mains et leurs jambes s'emploient à semer, faucher, effeuiller et élever... Et si le métier reste, les idées peuvent changer. Cet été, Le Temps fait se croiser plusieurs générations paysannes, entre continuité, innovation et un brin de nostalgie.

Songe d’un jour d’été, par 30 degrés. Il est 14 heures. A l’entrée de la ferme Jaggi, à Coinsins, près de Nyon, une petite fille suit un chien plus gros qu’elle dans l’ombre d’un tilleul. Assis sur un banc de pierre, canne à la main, un homme septuagénaire prend le frais. C’est Daniel Jaggi, né sur ces terres en novembre 1945, qui – une fois n’est pas coutume – profite de la vie.