Parce qu'il y a autant de scenarii possibles que d'aînés, eux ont choisi de passer leur «troisième mi-temps» entre amis, au camping, ou en colocation entre séniors.  Cette semaine, Le Temps va à la rencontre des seniors qui ont souhaité repousser, ou bien ont refusé, la perspective de l'EMS. Et qui vivent leur meilleure (fin de) vie.

Retrouvez les portraits du «Temps».

A d’autres, le nom évoque la résignation, la rupture avec la vie d’avant. Marie-Eve Volkoff, elle, parle avec un rare enthousiasme de son «immeuble avec encadrement pour personnes âgées» (IEPA). Depuis qu’elle est entrée dans son petit studio, le long d’une artère très fréquentée de Genève, il y a de cela environ dix ans, elle n’a plus voulu le quitter.