Par 90 voix contre 26, le Conseil national a adopté jeudi la loi fédérale relative à la coordination de la législation sur les armes, sur le matériel de guerre, sur les explosifs et sur le contrôle des biens. Plusieurs parlementaires de gauche ont saisi l'occasion pour tenter de modifier le contenu de la loi. Paul Guenter (PS/BE) a proposé d'y inscrire qu'un chien pouvait être utilisé comme une arme. En conséquence, sa détention doit être soumise à autorisation. «Il y a des chiens dangereux, il y a des chiens qui sont utilisés comme arme: ça ne veut pas dire pour autant que ce sont des armes», a relevé le conseiller fédéral Pascal Couchepin. Trotski a été assassiné avec un pic à glace, or ce n'est pas devenu une arme pour autant.

A la fin de l'an passé, les autorités fédérales ont soumis aux cantons un rapport d'un groupe de travail. «Nous préconisons dans ce rapport que la Confédération soumette des propositions concernant le marquage et l'enregistrement des chiens», a dit Pascal Couchepin, ajoutant que l'élevage de chiens pourrait être soumis à autorisation. Rassuré par les propos du conseiller fédéral, Paul Guenter a retiré sa proposition.

AP