publicité

En Chine, le luxe collectionne les boulettes

La dernière campagne de Burberry a suscité un tollé en Chine, en raison de son manque de tact. Dolce & Gabbana avait déjà choqué l’Empire du Milieu en novembre avec une vidéo jugée raciste. Pourquoi tant de gaffes?

La grand-mère est assise au milieu de la photo, vêtue d’un chandail et d’une jupe beiges. Sa petite-fille a posé sa tête sur ses genoux, l’air morose. Les autres membres de la famille les entourent, devant un drap gris qui dissimule à peine une forêt de tours glauques. Personne ne sourit. Les couleurs sont ternes, comme sur une vieille photo sépia. Cette image est tirée de la dernière campagne de publicité de Burberry en Chine.

Réalisée par le photographe américain Ethan James Green à l’occasion du Nouvel An chinois, elle a aussitôt suscité une pluie de commentaires négatifs. «Il s’agit d’une période de fête en famille, de joie et de bonne fortune, ces gens ressemblent à des acteurs tirés d’un film d’horreur», a jugé une internaute. «On dirait qu’ils complotent pour tuer la grand-mère super riche, avant de se battre pour son héritage», a soupiré un autre. Quelques jours plus tard, la marque britannique retirait discrètement les images controversées.