Livres

Chloé Delaume: «Internet a libéré la femme là où Moulinex a échoué́»

Galvanisée par la libération de la parole sur les violences sexuelles, Chloé Delaume signe «Mes bien chères sœurs», un petit livre flamboyant, vif et sensible dans lequel elle appelle les femmes à se serrer les coudes pour renverser le patriarcat

En 2006 paraissait King Kong Théorie, manifeste féministe majeur de Virginie Despentes, qui dénonçait l’emprise du patriarcat sur le corps des femmes. Avec, pour pivot, un viol subi à 17 ans puis l’expérience de la prostitution transformés en énergie émancipatrice. Peu sensible à la condition féminine, ou déstabilisé par cette dénonciation de sa position dominante, le critique Eric Naulleau qualifiait l’essai de «pipi de chatte»…

En 2019, Chloé Delaume rend grâce au combat de Despentes avec Mes bien chères sœurs, nouveau manifeste fulgurant qui regarde avec jubilation le patriarcat se ratatiner. «Le couillidé ne contrôle plus rien mis à̀ part la taille de sa barbe», se regorge-t-elle. Car depuis 2006, la déferlante #MeToo a terrassé de nombreux porcs d’hier, et Chloé Delaume exulte de pouvoir assister à ce soulèvement: «Internet a libéré la femme là où Moulinex a échoué́.»