Les Anciens chantaient pour la gloire de leurs déesses, aujourd'hui les déesses chantent et dansent pour nous. A la tête du Panthéon mondial, Britney Spears, Déesse de l'Amour en Tenue de Sport, qui a renié ses origines. Elle ne mettra plus de survêtement qui ne cache pas le nombril, et pour se faire pardonner a remercié le Dieu unique pour les récompenses musicales qu'elle a reçues.

Et comme tout va à l'envers, les princes eux-mêmes se laissent aller à des instincts bastonneurs qu'on ne leur connaissait pas. A l'image du Prince Ernst-Auguste de Hanovre, époux de la sœur de la Chanteuse de Monaco, qui a complètement démonté à coups de poing américain un pauvre hôtelier kenyan, Joe Brunnlehner, jugé trop bruyant: «Une gauche, une droite et qu'j'aurais aimé lui en remettre une», qu'il a dit le Prince, boudiou.

Déesse à nouveau, Elle McPherson, adorée pour ses jambes divines, a décidé de se mélanger au commun des mortels. Ne voulant plus être vénérée par ses pieux admirateurs, elle jouera le rôle d'une étudiante sans charisme dans la populaire série Friends. Zeus se changea en taureau pour séduire Europe, Elle mit des jeans pour repousser l'Amérique.

Il y a aussi ceux qui se prennent pour des dieux. John Travolta, persuadé d'être l'un de ceux du Cinéma, a refusé de jouer dans un film amoureusement concocté par la société Columbia parce qu'il le trouvait trop nul. La société, loin de reconnaître le divin statut du bougre, a accepté mais l'a fait revenir sur terre en le contraignant à jouer dans un autre film, Travel Agent, gratuitement. Garde le sourire John. Et dis merci.

Pour réparer son couple après avoir trompé sa femme, Mick Jagger a dû adhérer, sur les conseils inspirés de celle-ci, à la Kabbalah, dérivation du judaïsme. C'est ce qu'on appelle une initiation volontaire et non intéressée. Sacré Mick.