Repas de fête (1). Dans son livre «Initiales B.B.» où elle raconte comment, en visite amoureusement secrète à Genève, elle fut oubliée par Gilbert Bécaud dans une sorte de placard à balais, puis dans un théâtre, puis sur le trottoir glacé de la Cité de Calvin, Brigitte Bardot revient aussi sur d'autres passes d'armes: «Blinis, caviar, champagne! Gilbert et moi avons pique-niqué par terre, nous nous mangions tellement des yeux que nous n'avions plus faim pour le reste. Seul le champagne glacé que je buvais dans sa bouche, ou qu'il buvait dans la mienne, a été liquidé jusqu'à la dernière goutte.»

Repas de fête (2). Yonosuke, personnage du roman «L'homme qui ne vécut que pour aimer» de Saikaku, figure donjuanesque du «monde flottant» du XVIIe siècle japonais, héros martyr de l'amour qui s'ébattit avec 3742 femmes et folâtra avec 725 garçons, lorsqu'il s'embarqua, à 60 ans, pour l'lles des femmes, emporta avec lui, outre 2500 phallus en corne de buffle, cinquante jarres de stimulants, vingt boîtes d'aphrodisiaques féminins, trois cent cinquante boules tintinnabulantes ainsi que d'autres merveilles à boire et à manger.

Repas de fête (3). Quant à moi, Noël, Loteries et Hydromels, pour le réveillon, je vais avoir exceptionnellement droit à un peu de ketchup sur mes fidoboulettes, et Irma Fustella, ma reine, lorsqu'elle versera mon repas de fête dans mon écuelle, fera passer sur mon visage aveuglé un nuage de parfum qui sera mon impénitent océan de plaisirs, Noël, Loteries et Hydromels.