Une météo optimale, un déroulement parfait du compte à rebours, l'optimisme était de rigueur au Centre spatial Kennedy pour le lancement de la navette Atlantis, avec à son bord le laboratoire européen Columbus et sept membres d'équipage, dont un Français et un Allemand, prévu pour hier soir jeudi à 22h30, heure suisse. Mais en début de matinée, lors du remplissage du réservoir principal, les techniciens de la NASA ont détecté un problème avec deux des quatre jauges contrôlant le niveau de l'hydrogène liquide, qui s'obstinaient à indiquer que le réservoir était vide. Une malfonction pourrait être catastrophique pour la suite des opérations. Un incident similaire s'était produit en 2005 avec la navette Discovery, et avait nécessité un report du lancement de onze jours. Pour le moment, la NASA a reporté le lancement à aujourd'hui vendredi, et le délai pourrait être tenu même s'il s'avère nécessaire de vider le réservoir, qui contient 2 millions de litres d'hydrogène liquide à - 252 degrés et de l'oxygène liquide.

Ce report a déjà une conséquence: il oblige la NASA à renoncer à un douzième jour de mission pour une sortie supplémentaire dans l'espace, qu'elle espérait ajouter pour tenter de réparer une pièce grippée sur l'un des grands panneaux solaires de la station spatiale. Le problème est que les «fenêtres de tir» de la navette sont très réduites (dix minutes à peine par jour) et qu'après le 13 décembre, il ne sera plus possible d'envoyer la navette cette année encore.