Société

Contre le stress, remettez le sexe au centre

Faire l’amour est un excellent relaxant. Oui, mais voilà, l’acte amoureux passe souvent à la trappe quand on est surmenés. Un ouvrage explique comment le replacer dans les priorités

Chaque début de semaine, «Le Temps» propose un article autour de la psychologie et du développement personnel.

Sujets précédents:

Le sexe est la première activité que les couples abandonnent quand ils sont débordés. Avant le sport, l’écran ou le shopping. Par manque de désir, bien sûr, mais aussi par peur de l’échec, vu la fatigue accumulée. Ils ont tort, affirme la sexologue Magali Croset-Calisto dans Moins de stress grâce au sexe, excellent plaidoyer pour la bagatelle. Car le sexe est un remède contre une foule de maux. Le stress, donc, mais aussi les maladies cardiovasculaires, les difficultés de concentration, le vieillissement, certains types de cancer et la dépression.

Sans oublier ce détail piquant: le sexe fait mincir. Non pas grâce à l’effort physique qu’il requiert – les études chiffrent à 21 calories l’énergie dépensée par l’homme pendant l’amour et non les 200 souvent évoquées… Mais parce que «l’excitation suscitée par l’acte sexuel stimule les récepteurs à la noradrénaline, lesquels agissent sur la mobilisation des graisses», détaille l’auteure. Surtout, «l’amour est le creuset sublime où se fait la fusion de l’homme et de la femme», dit Victor Hugo, dans sa vision de l’époque, forcément hétéro. Entre la déferlante d’hormones libérées pendant le coït et les bienfaits sur l’harmonie relationnelle, le sexe «agit comme un rempart protecteur et un moteur qu’il faut (re)mettre au centre de nos vies», milite la spécialiste.