Pour la première fois en Suisse depuis le Moyen Age, deux nids de cormorans ont été découverts par des ornithologues en juillet dernier – tout à fait par hasard – à même le sol sur une île bernoise du lac de Neuchâtel.

Pourtant répandus sur les lacs suisses, ces oiseaux d'hiver avaient pris le parti de ne plus y couver. Persécutées pendant des centaines d'années, les colonies de nidification des cormorans avaient complètement disparu du pays. Pourtant, des oiseaux de ce type nidifient depuis longtemps sur les côtes de la France, de l'Allemagne du nord ou de pays voisins. Ce sont des espèces particulières vivant sur les côtes en bord de mer, contrairement aux cormorans d'eau douce de Suisse.

Moins persécuté

Véréna Keler, responsable des programmes de surveillance des oiseaux d'eau à la Station ornithologique de Sempach, constate que les persécutions envers ces oiseaux ont considérablement baissé en Europe depuis la moitié du XXe siècle. Il n'était donc pas inattendu de redécouvrir des nids de cormorans d'eau douce, ces oiseaux se reproduisant aussi en Allemagne du Sud depuis quelques années. La nidification au sol pour ces cormorans couvant habituellement dans les arbres s'explique par l'absence de prédateurs comme le renard sur cette île et aussi par l'emprunt d'une technique de nidification appartenant à l'autre espèce de cormoran, indique Véréna Keler.

Aujourd'hui, ces nicheurs, communs en Europe centrale au Moyen Age, ont un avenir plus serein, la destruction de leurs nids étant interdite en Suisse. La chasse des cormorans, légale dans certains cantons, ne touche pas plus de 1000 cormorans par an. La station ornithologique de Sempach compte désormais 216 espèces d'oiseaux couveurs en Suisse. Si cette découverte est le début d'une croissance des colonies de nidification des cormorans, leur nombre ne concurrencera sans doute jamais celui des Pays-Bas ou du Danemark.