Paternité

Les couilles sur la table (d’opération): briser le tabou de la vasectomie

Ils ont moins de 40 ans, des enfants et veulent prendre leurs responsabilités en matière de contraception. En optant pour la vasectomie, ces hommes se heurtent à une montagne de tabous. Témoignages sans filtres

Les langues se sont déliées au fil des trajets matinaux sur le chemin de l’école. Le dernier-né de mon voisin, Jonathan Germond, roupille dans le porte-bébé tandis que l’aînée marche 20 mètres devant nous, comme pour marquer son autonomie. Les 200 mètres quotidiens qui nous séparent de l’école sont l’occasion de causer des nuits difficiles, du passage de un à deux enfants, du couple et de la paternité. Et puis un matin, nous avons évoqué la vasectomie.

Un troisième enfant, aucun de nous n’en veut. Alors que faire? Après deux accouchements, nos compagnes devraient se faire poser un stérilet (bâtonnet en plastique enveloppé de cuivre ou contenant une hormone, introduit dans l’utérus par le vagin et placé dans la cavité utérine)? Signer ad aeternam avec le bon vieux préservatif? A 37 ans, Jonathan veut prendre ses responsabilités.