Chronique

Coup d’oreille: féminicides, et ailleurs?

Les féminicides commencent à faire parler d’eux en Europe, mais que se passe-t-il au Mexique, d'où ce mot est originaire? Notre chroniqueuse a déniché un podcast de RFI qui plonge dans la réalité des Mexicaines victimes de violences conjugales

Ça y est. Le terme s’affiche partout. Féminicide, soit le meurtre d’une femme par un homme, en raison du sexe de cette dernière. Le 25 août, Le Matin Dimanche plaquait un ordre de grandeur pour la Suisse: 0,26 meurtre pour 100 000 femmes, un taux plus élevé que l'Italie ou l'Espagne. La semaine dernière, le premier ministre français annonçait des mesures pour contrer le phénomène, après que le nombre de 100 féminicides depuis le début de l’année 2019 eut été atteint. Une nouvelle qui a d’ailleurs inspiré Chapatte pour notre une du jeudi.

Lire aussi: La France en guerre contre les féminicides

J’ai alors repensé à l’origine de ce phonème: femicide, qui a inspiré l’anthropologue mexicaine Marcela Lagarde dans les années 1990 pour formuler feminicidio, ensuite traduit en français. Et mon cerveau travaillant, vint cette question: tiens, justement, que se passe-t-il au Mexique? RFI, et plus précisément la journaliste Alix Hardy, m’a fourni une réponse. L’émission Grand Reportage, disponible en podcast, s’est penchée sur les violences conjugales dans ce pays d’Amérique latine, où les chiffres prennent une autre dimension encore: 9 féminicides par jour; 43% des femmes mexicaines concernées par des violences conjugales.

Lire aussi: Le vrai visage des violences domestiques et des féminicides

L’espace d’une vingtaine de minutes, Alix Hardy nous immerge dans la réalité des victimes de ces violences qui tentent, à travers divers groupes de soutien, de reprendre confiance et d’éviter le pire. Une association, Comando Colibri, dispense des leçons d’autodéfense mais accompagne aussi les femmes qui désirent porter plainte et ne savent pas comment s’y prendre. Malgré la voix française greffée sur l’idiome hispanique, on s’émeut d’entendre Laura, une participante, affirmer: «Aujourd’hui, je n’ai plus peur.»

A Mexico, une psychologue encadre une réunion de discussion hebdomadaire. Elle enseigne aux femmes à discerner les différents types d’agressions: économique, psychologique, sexuelle. «Il faut apprendre à nommer ces violences», appuie-t-elle. Oui. Nommer c’est comprendre, et surtout, faire exister. Ici comme ailleurs. Alors, en bonus, pour bien saisir le mot féminicide et ses enjeux, prenez encore trois minutes pour écouter l’épisode «Qu’est-ce qu’un féminicide?» du podcast Maintenant vous savez. Simple, efficace. Et important.


Violences conjugales au Mexique, RFI, sur Apple Podcasts et Deezer.

Qu’est-ce qu’un féminicide? Maintenant vous savez de Ba-ba-bam podcasts, sur Apple Podcasts et Google Podcasts.

Publicité