Les non-initiés du marché de la montre imaginent mal la course-poursuite à laquelle se livrent les spécialistes des maisons d'enchères en chasse de belles pièces. Ils ignorent combien il faut de subtilité et de maîtrise du domaine pour rassembler les lots de haut niveau jusqu'à composer une vente judicieuse, équilibrée, brillante. Or, ce printemps, avec un total considérable de 1282 lots proposés par Christie's, Sotheby's et Antiquorum additionnés, le panorama offert par les enchères horlogères genevoises avait de quoi enflammer les amateurs. En dépit de la conjoncture indécise, leur réponse s'est montrée à la hauteur des expectatives: en ce week-end de Pentecôte, ils se sont pressés nombreux dans les salons des grands hôtels et ont acheté de manière soutenue.

Patek en vedette

Entre samedi et dimanche passé, Antiquorum a dispersé une collection considérable, comprenant 705 montres-bracelets modernes. La maison annonce 500 participants à l'événement; 88% des pièces proposées ont été vendues pour un total de 10,25 millions de francs, résultat correspondant à ses attentes. Sotheby's, qui a misé sur une stratégie de la quantité restreinte et du prestige, est parvenue à un résultat comparable de 10,9 millions de francs; son catalogue ne comprenait que 193 lots dont 82,4% ont trouvé acquéreur. Cumulant abondance et grande qualité, Christie's a devancé les maisons concurrentes en obtenant à elle seule 25,81 millions de francs pour 346 lots vendus, soit 90% du total.

De quelles pièces rêvent les collectionneurs? De montres Patek Philippe, encore et toujours. Chez Christie's, deux d'entre elles ont atteint ensemble la somme remarquable de 7,3 millions de francs. L'une a été emportée par un collectionneur européen. Pour l'autre, estimée entre 1,2 et 2,5 millions de francs, un musée privé suisse a payé 4,1 millions de francs. Cet exemplaire rare de montre-bracelet en acier, à calendrier perpétuel et phases de Lune, fabriqué en 1949, appartint, semble-t-il, au coureur automobile américain Briggs Cunningham, ce qui ne fait qu'augmenter son charme.

Or Sotheby's, de son côté, avait placé en tête de ses lots phares une autre Patek exceptionnelle, datée de 1925, la plus grande des montres-bracelets chronographe à couronne unique jamais issue de cette manufacture: la «Trossi Leggenda», du nom du comte Carlo Felice, président de la Scuderia Ferrari et pilote lui-même, partie pour 2,34 millions de francs chez un acheteur anonyme.