L’été, ses belles soirées, ses festivités, ses déhanchés, ses… règles de distanciation sociale. Comment, de Lausanne à New York en passant par Ibiza et Berlin, la pandémie redessine-t-elle les contours de nos nuits? Voici ce qu’explore cette série.

Episodes précédents:

S’intéresser aux «Covid Parties» aux Etats-Unis, c’est se frotter à un univers d’amalgames, de rumeurs et de spéculations. De jeunes Américains cherchent-ils vraiment à contracter intentionnellement le coronavirus et à le propager? Le phénomène a en tout cas déjà fait son entrée dans Wikipédia, avec un article visiblement rédigé par des sceptiques.

Des rebelles inconscients

Un des premiers à s’être inquiété ouvertement de l’existence de «Covid Parties» est le gouverneur du Kentucky, Andy Beshear. Le 25 mars, un groupe de jeunes fêtards de son Etat a décidé de faire un pied de nez aux mesures sanitaires prônées. Au diable ce satané virus, faisons la fête! Problème: un des jeunes était positif. Ces «corona-fêtes» étaient au départ le simple fait de rebelles inconscients, de jeunes qui se sentent invincibles et s’amusent à braver les interdits.