Récit

Je croyais pouvoir échapper aux GAFA 

Troquer Facebook contre Friendica, remplacer Gmail par ProtonMail ou surfer «en mode privé» sur Qwant suffit-il pour reprendre le contrôle de ses données? Peut-on et veut-on échapper à la pieuvre qui régit désormais nos existences? J’ai tenté l'expérience

Vous en êtes prisonnier et vous le savez. A chaque clic, une petite partie de vous est avalée par l’ogre des GAFA: Google, Apple, Facebook, Amazon. Plus une semaine ne passe sans que leur collecte massive de données ne soit sujette à un nouveau scandale. Si quelqu’un vous suivait jour et nuit, dans la rue et à votre domicile, qu’il enregistrait toutes vos conversations, collectionnait compulsivement vos messages, photos et e-mails, les égarait parfois, les revendait systématiquement, ne seriez-vous pas tétanisé? 

Certains répondent: «Je n’ai rien à cacher.» Moi, Océane, 22 ans, milléniale raisonnablement connectée, technophile sans excès, j’ai décidé que ce n’était pas une fatalité. A quel point puis-je reprendre le contrôle? A quel point je le veux?