Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Un dessin de  Lucia Sillig plein d’humour pour une opération qui veut être efficace sans tomber dans la dénonciation.
© (Culturemacho)

Egalité

«@Culturemacho», petites graines contre sexisme au quotidien

Un collectif romand lance une page Facebook et un compte Twitter pour collecter les exemples quotidiens de sexisme. Et faire bouger les choses

Vous aussi, vous en avez assez des publicités pour les robots ménagers à l’occasion de la Fête des mères, des crèches qui appellent systématiquement les mères dès qu’il y a un enfant à venir chercher d’urgence, et des correcteurs d’orthographe qui ne connaissent ni les cheffes ni les entrepreneures?

Un collectif romand de «belles plantes», comprenant des journalistes du Temps, a pensé à vous. Cette semaine ont été lancés sur Facebook et sur Twitter deux comptes «Culturemacho» qui visent à donner plus de visibilité à tous les stéréotypes de genre qu’on rencontre dans la vie quotidienne, pour mieux les combattre.

«Nous avons eu l’idée de «Culturemacho» au début de l’affaire Weinstein, avec les mouvements #MeToo et #Balancetonporc. Parce qu’un porc a d’abord été un macho», explique l’une des animatrices du collectif. «Ces graines de machisme qui essaiment un peu partout renvoient les femmes à leur corps, leur supposée douceur, leur incompétence technique ou leurs talents ménagers. Tout cela fabrique une société inégalitaire et violente à l’égard des femmes. Il s’agit de prendre le mal à la racine et de rendre le terreau de ce machisme moins fertile, en surveillant la parole publique, qui est normative.» Le tout dans la bonne humeur, sans procureurs ni grands inquisiteurs. Il ne s’agit pas de montrer du doigt des personnes ou des lieux, mais un système.

De nombreuses associations se sont donné pour mission de combattre le sexisme quotidien, l’originalité ici est de faire appel à tous les internautes pour qu’ils partagent leurs trouvailles, qu’elles soient désolantes ou réjouissantes, en envoyant des photos ou en racontant ce qu’ils ont vu ou vécu. C’est ce réseau de veille qui fera la force de «Culturemacho».

Parmi les premiers messages postés, une illustration tirée du Manuel pratique d’anesthésie d’un médecin lausannois, qui transforme une patiente en bimbo, ou ce sigle dans un restaurant de Pully montrant un local où changer les bébés avec un personnage forcément féminin – comme si les pères ne changeaient pas les couches de leurs enfants, en 2018.

Appel est donc lancé à toutes celles et tous ceux en Suisse, mais aussi en France, en Belgique et ailleurs, qui sont soucieux de faire progresser l’égalité.

Le Temps est heureux de parrainer cette initiative.


Pour en savoir plus:

www.facebook.com/CultureMacho/

twitter.com/CultureMacho

grainesdemacho@gmail.com

Publicité
Publicité

La dernière vidéo société

Au Vietnam, on se nourrit volontiers de serpents

Les Vietnamiens sont friands de serpents. On y voit l'influence de la tradition chinoise. Mais la pratique choque, y compris dans les villes du pays

Au Vietnam, on se nourrit volontiers de serpents

n/a