Il y a un an, le jour de la fête nationale américaine, Benjamin Smith distribuait des tracts racistes dans la petite ville de Bloogmington, dans l'Indiana. Le week-end dernier, dans une course poursuite avec la police qui a duré trois jours, il a tué à l'arme automatique deux personnes et blessé sept autres avant de se donner la mort. Que s'est-il passé durant ces 365 jours pour qu'un jeune homme de 21 ans, décrit par tous comme un raciste et un agitateur, passe à l'acte? C'est ce que la police tente de déterminer aujourd'hui. Une partie de la réponse pourrait bien résider dans l'appartenance de Benjamin Smith à l'Eglise mondiale du Créateur (World Church of the Creator), une organisation qui prône la suprématie blanche, déclare «une guerre totale aux Juifs et aux autres races faites de boue dans le monde», dit un de ses nombreux sites Internet.

Le tueur a été membre de l'Eglise entre juin 1998 et mai 1999, date à laquelle il n'aurait plus payé sa cotisation de 35$. Mais lorsque Matthew Hall, le responsable de l'Eglise, a parlé d'une «perte terrible» à propos de la tuerie du week-end, il ne pensait pas aux deux victimes (un père de famille de 43 ans, noir; un membre de l'Eglise méthodiste coréenne), mais à Benjamin Smith lui-même. La cour d'Illinois avait récemment refusé à Matthew Hall, 29 ans, le droit d'exercer le métier d'avocat à cause de ses convictions racistes. Smith avait alors témoigné en faveur de Hall.

L'Eglise est, selon la Ligue antidiffamation, l'une des organisations les plus actives aux Etats-Unis. Ses membres se saluent d'un «Rahowa», acronyme de «Racial Holy War» (Guerre sainte contre les races). Elle recrute dans les écoles et sur le Net. Constitués en réseau, plusieurs sites (plus d'une quinzaine sous le label WCTOTC) sont véhéments. Parmi eux, une adresse est réservée aux enfants, une autre aux femmes. Deux adresses suédoises existent alors qu'une page résume en français, allemand et espagnol l'idéologie de cette organisation d'extrême droite.