C'est parti pour le tour du monde en avion solaire. Virtuellement du moins. Hier à 7h20, l'aérostier-psychiatre vaudois Bertrand Piccard est entré dans la capsule de commande du Solar Impulse pour effectuer, à l'aide d'un simulateur, un vol de 25 heures. Demain, l'ingénieur André Borschberg rééditera l'expérience.

Il s'agit, pour les deux pilotes de cet aéroplane propulsé uniquement à l'aide de l'énergie solaire (LT des 6.11.07 et 7.3.08), de tester l'ergonomie du cockpit du prototype actuellement construit à l'aérodrome de Dübendorf, près de Zurich, d'entraîner les procédures de vol et des prises de décision, ou encore de simuler des pannes, sous la direction de l'équipe Mission. Et notamment des météorologues qui se baseront, eux, sur des conditions météo réelles aux endroits virtuellement survolés par Solar Impulse.

Le simulateur fonctionne grâce, d'une part, à un logiciel qui reproduit l'énergie captée, emmagasinée et dépensée par l'avion. De l'autre, un système projette sur cinq écrans panoramiques les images de ce que voit le pilote en vol, et reproduira les mouvements que ce dernier imposera à l'aéroplane. Hier en début de soirée, l'avion, qui a virtuellement décollé de Payerne, se trouvait à 8500 m, filait à 30 km/h, et avait parcouru environ 500 km. A suivre, tôt ce matin, et demain sur: http://www.solarimpulsevirtualflight.com.