Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
n/a
© (Fred Hatt)

Technologie

A Denver, les écoles suisses décrochent le soleil

Grâce à sa maison de quartier à énergie solaire, l’équipe suisse a gagné haut la main le Solar Decathlon, concours universitaire organisé par le Département américain de l’énergie

C’est une bonne affaire pour les 44 étudiants suisses qui se partageront une large part des 300 000 dollars de la victoire. C’est également une aubaine pour l’image de la Suisse à l’étranger, en particulier aux Etats-Unis. C’est enfin, et surtout, la preuve que son système de formation est l’un des meilleurs au monde.

Samedi 14 octobre, après trois ans d’efforts, l’équipe suisse a remporté haut la main le Solar Decathlon 2017, organisé par le Département américain de l’énergie dans le but d’encourager les jeunes générations à s’intéresser aux métiers du développement durable. A Denver (Colorado), le «Swiss team» est arrivé premier dans six des dix épreuves de ce décathlon solaire, obtenant également deux autres podiums, dont celui de la meilleure communication. Au final: 50 points d’avance sur le deuxième, l’Université du Maryland.

Capter les rayons

Le concours consiste à concevoir puis à construire sur place une petite maison solaire. Plutôt que d’opter pour une construction familiale, l’équipe suisse a choisi le principe ouvert de la maison de quartier, apte à délivrer du savoir et à engager la discussion sur la durabilité. Autre originalité: au lieu du toit, les panneaux solaires du NeighborHub suisse sont disposés à la verticale sur les parois du pavillon, lesquelles sont aussi des portes à mouvements multidirectionnels.

Lire aussi: La maison qui parle à ses voisins

Le risque conceptuel a payé. Il n’est rien en regard de celui pris pour la structure et le fonctionnement de l’équipe, en provenance de quatre hautes écoles romandes. L’EPFL, en particulier sa Faculté de l’environnement naturel, architectural et construit, était associée à la Haute Ecole d’ingénierie et d’architecture de Fribourg, la HEAD de Genève et l’Université de Fribourg.

Il n’a pas été facile de faire travailler ensemble de futurs architectes et des ingénieurs, aux formations et terminologies différentes. Comme il n’a pas été aisé de trouver une méthode de travail, du temps à consacrer au projet à côté des cours, un esprit d’équipe. Mais les étudiants ont su surmonter ces difficultés pour, une fois bien organisés, tendre au même but: la victoire au Solar Decathlon.

Victoire commune

Il est également remarquable qu’une école polytechnique, des hautes écoles spécialisées ainsi qu’une université aplanissent leurs différences, notamment de statuts, incorporant aussi des apprentis à l’aventure commune. C’est toute la diversité du système de formation en Suisse qui s’incarne dans ce projet victorieux. Il est ainsi possible, grâce à la catalyse de la compétition, de rendre perméable ce qui est habituellement étanche, de se comprendre et d’unir ses forces pour viser le meilleur.

Le NeighborHub avait été une première fois assemblé sur le site de la Bluefactory, le nouveau quartier d’innovation de Fribourg, où a été ouverte une antenne de l’EPFL. C’est là qu’il reprendra place au printemps prochain, auréolé de sa victoire sur dix concurrents, dont huit américains.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo société

Alain Petitmermet: «J'ai vu cinq fois des gens passer sous ma locomotive»

Le mécanicien de locomotive a vécu en vingt ans de carrière entre cinq et six suicides. Il a dû abandonner le métier durant plusieurs années, avant d'y revenir avec une foi chrétienne grandissante, au point de vouloir y consacrer un livre

Alain Petitmermet: «J'ai vu cinq fois des gens passer sous ma locomotive»

n/a