Assis sur leur tabouret, face caméra, ils ont la mine contrite de Victor Frankenstein après que son monstre lui a échappé. Ou celle d’un enfant conscient d’avoir fait une grosse bêtise tout en rêvant de disparaître sous la moquette pour échapper à ses responsabilités. Seules leurs fonctions signalées dans un coin de l’écran révèlent leur pouvoir. Car ils font tous partie du cercle des nouveaux maîtres du monde: les géants de la Silicon Valley.

Parmi eux, Justin Rosenstein, programmeur et créateur du bouton «J’aime» sur Facebook, Alex Roetter, ancien vice-président de Twitter, Bailey Richardson, logisticienne historique d’Instagram, Tim Kendall, ex-responsable de la monétisation de Facebook, ou encore Aza Raskin, spécialiste du «scroll infini» – ce besoin de faire défiler compulsivement les flux d’actualités sur nos smartphones…