Bree a-t-elle empoisonné son mari? Quel est le secret de Mike, le plombier? Zach, l'ado mystérieux, va-t-il tirer sur Susan? Et que cachent ces nouveaux arrivants à Wisteria Lane? A ceux qui n'ont ni piraté la suite sur Internet, ni regardé les épisodes en anglais en DVD, TSR1 rétablit le vieux plaisir du feuilleton dès vendredi soir, en lançant la deuxième saison de Desperate Housewives. Contrairement à d'autres, la série créée par Marc Cherry a conforté sa popularité.

Lancée aux Etats-Unis en octobre 2004, Desperate Housewives a vite pris la dimension d'un succès global, avivé par le volontarisme des chaînes de TV, qui ont n'ont pas lésiné sur la pub. Jusqu'en Chine, où les aventures de Susan, Lynette, Bree, Gabrielle et Edie ont été montrées moyennant quelques coupes dans les allusions sexuelles.

Conséquence classique du succès, les actrices, la plupart sorties d'une traversée du désert, alimentent la presse people. La grossesse de Marcia Cross (Bree) a été suivie y compris par des adeptes modérés du feuilleton. On a commenté le choix des producteurs de tourner dans la maison de l'actrice en raison de son état, oubliant un peu vite que c'est là un classique des séries TV: les auteurs de X Files avaient intégré la grossesse de Gillian Anderson dans leurs complots, et plus récemment, la maternité de Jennifer Garner était pleinement prise en compte dans la dernière saison d'Alias (sur M6, le jeudi soir). Le marché des produits dérivés fonctionne aussi à plein régime, ligne de vêtements et de dessous, jeu de plateau ou vidéo, et bientôt, les poupées par une fameuse marque new-yorkaise, Madame Alexander - au minimum 70 dollars la figurine, tout de même.

Desperate Housewives a été décliné dans des formes nouvelles, séquences adaptées pour les téléphones portables, sonneries, diffusions diverses sur Internet... Et en franchises: depuis la rentrée de septembre 2006, des adaptations locales sont proposées aux téléspectateurs d'Argentine, Colombie, Equateur et Brésil. Amas de Casas desesperadas - et Donas de Casa desesperadas, pour le Brésil - sont tournées dans le même studio à Buenos Aires, sous l'égide de la branche sud-américaine de Buena Vista, filiale de Disney. Son directeur Fernando Barbosa a estimé que «la série correspond tout à fait à ce que veulent les téléspectateurs d'Amérique latine. Elle semble proche de leurs telenovelas». Avec une nuance, toutefois: Mike n'y est pas plombier, car dans ces pays, «un plombier serait très mal inspiré de vivre dans un tel quartier»... En Argentine, la série a démarré en trombe.

Sans parler des variations et des copies: une version masculine serait à l'étude, tandis que les Pays-Bas ont désormais leurs «Femmes de Gooi», du nom d'une banlieue chic d'Amsterdam. Selon le site serieslive, TF1 devrait bientôt la diffuser sous le titre Jardins secrets.

Même encastrées dans leurs maisons fleuries et leurs jardins aux barrières blanches, les femmes au foyer sont devenues mondiales. En plus, elles jouissent d'une certaine fidélité de leurs amateurs. Ce qui n'est jamais gagné: phénomène aussi planétaire, qui a déferlé ici à l'été 2005, Lost a vu son audience s'effriter durant sa deuxième saison.

Dans son pays, elle a repris quelques forces ces derniers temps - au milieu de la troisième saison -, mais elle ne retrouve plus son plébiscite initial. Desperate Housewives, elle, garde au moins 18 millions d'amateurs, une bonne place, loin derrière House (sur TF1 le mercredi) ou les inoxydables Experts, mais devant 24 Heures Chrono, Lost ou FBI Portés disparus.

Les francophones semblent montrer la même assiduité. Sur Canal Plus, qui l'a diffusée cet automne, la deuxième saison a atteint des pics d'audience. Idem en Belgique, où lors du lancement en novembre, RTL-TVI a conquis jusqu'à 46% du public alors devant son poste.

Cette constance ravit on s'en doute les responsables du feuilleton, qui ne manquent pas d'idées. Jeudi dernier, la chaîne ABC et Marc Cherry annonçaient avoir signé un contrat pour quatre ans, démarche assez rare dans ce milieu. La déprime domestique pourrait donc s'étendre jusqu'à 2011, et sur sept saisons. Les fervents ne sont pas près de savoir pourquoi Mary Alice Young s'est suicidée.

Desperate Housewives. Dès vendredi, TSR1, 20h35. Trois épisodes.