Comme les éléphants, les avions ont leur cimetière. L'aéroport de Mojave (MHV), au fin fond du désert californien, est un de ceux-là: il accueille les flottes entières d'avions des compagnies aériennes disparues. Dans cette vallée désertique, les nostalgiques de Swissair pourront contempler quelques semaines encore les ultimes vestiges de la compagnie nationale. Car cet été, le dernier MD-11 parqué depuis mai 2002 sur un bord de piste poussiéreuse sera en partie déconstruit. Sans réacteurs, la carcasse dont les pneus tombent en lambeaux se confond avec un albatros géant, les ailes un peu voûtées. Une partie des éléments sera vendue sur le marché des pièces de rechange. Le reste du fuselage sera transformé en avion cargo, probablement pour le compte du transporteur de colis UPS.

Malgré leur âge, les MD-11 suscitent encore des convoitises dans cette casse pour gros jets essoufflés. «Les avions de Swissair sont encore assez bien entretenus, dit avec son accent latino Javier Ruiz, technicien à l'aéroport de Mojave. Regardez ceux de la PanAm: ce sont des reliques à côté des avions suisses. Quel gâchis.»

Depuis le «grounding» d'octobre 2001, une grande partie de la flotte long-courriers de Swissair a stationné sur la base aérienne de Mojave. A côté des triréacteurs helvétiques emballés dans de larges feuilles d'aluminium pour les protéger du sable, on trouve pêle-mêle de vieux Boeing aux ailerons élimés de KLM, Continental, US Air et Virgin Atlantic.

«La plupart des MD-11 finiront leur vie dans une version cargo», explique Hans Hunziker, directeur de Hunziker Lease and Finance à Zoug. Les modèles plus vieux finissent en petits morceaux. Entièrement désossés, ils sont rachetés par des compagnies d'avions à petits budgets. «Un lot de trois 747 de Virgin Atlantic vient d'être vendu à une compagnie d'aviation russe pour 16 millions de dollars», explique Javier Ruiz. Pas de doutes: le marché des avions d'occasion est déprimé. Du coup, les prix sont au plus bas. Un Boeing 747 de KLM a même été racheté pour 4 millions de dollars seulement par des consultants de Trans Air Congo.

Depuis une dizaine d'années, l'aéroport-cimetière de Mojave est devenu le plus grand marché au monde de pièces de rechange d'avions de ligne. Aujourd'hui, plus d'une centaine de gros-porteurs attendent d'être déconstruits sur les 1200 hectares de tarmac disponibles. Cette grande casse d'avions a deux avantages: le taux d'humidité est nul – ce qui empêche la rouille de mordre les carlingues –, et les frais de parking défient toute concurrence. Car à Mojave, il ne faut payer que 500 dollars (630 francs) par mois pour garer un long courrier en bout de piste. Par comparaison, la redevance de stationnement pour un MD-11 est de 1060 francs par jour à l'aéroport de Genève-Cointrin.

Ainsi, deux choix s'offrent aux avions parqués dans ce désert: le marché d'occasion ou la casse. Dans ce dernier cas, le fuselage est recyclé. Retirés de la carcasse, les volets, les gouvernes ainsi que les trains d'atterrissage et les freins sont vendus au plus offrant. «Il existe un important marché de pièces de rechange pour les avions de ligne, souligne Dominique Lombardon d'AMS Aircraft, une société britannique d'achat-vente d'avions établie à Zurich. Et les pièces des MD-11 sont très recherchées.» Les consoles radios ou l'électronique sont réinjectées dans le grand bazar mondial des aéronefs de seconde main. «Il y a même une demande pour les sièges: on les recoud, on les tapisse avant de les installer dans un fuselage plus jeune», poursuit Dominique Lombardon. Les éléments comme les plafonds et les pans entiers de fibres de carbone sont tous jetés, puis détruits.

Les vingt MD-11 de la compagnie suisse défunte ne vont pas forcément être fondus en lingot d'aluminium. En tout cas pas tout de suite. Deux d'entre eux (HB-IWH et HB-IWR) sont déjà passés sous la bannière d'Air Namibia. Le modèle immatriculé HB-IWC a été transformé en cargo et vendu à la compagnie Martinair. Trois autres gros-porteurs, dans un état précaire, ont subi un lifting. Après avoir été aménagés en avion de fret, ils voleront sous les couleurs de Federal Express pour le transport de colis entre le continent américain et l'Europe.

Les pièces de la carlingue en aluminium du dernier MD-11 de Swissair seront donc bientôt fondues dans des fours à haute température, pour finir leur vie dans les robes de canettes de boissons gazeuses.