Le futur de la mobilité individuelle sera bien sûr connecté, en réseau, géré par des algorithmes. Cette numérisation du transport permettra de mieux relier un véhicule à son environnement. Elle passe aussi par une relation plus proche entre le conducteur et sa machine, quitte à ce que celle-ci soit douée d’anticipation. Voire d’une capacité de surveillance un rien perturbante.

Lire aussi: Un scooter poids lourd pour gravir les montagnes

BMW a présenté lors du récent concours d’élégance automobile de la Villa d’Este, sur les bords du lac de Côme, une étude de scooter électrique qui en sait long sur son pilote. Le Concept Link prend en charge l’agenda d’un smartphone, intégrant ainsi l’heure d’un rendez-vous, donc d’une prochaine destination. Il propose de lui-même la route à suivre, conseille une déviation, affiche l’heure d’arrivée prévue, offrant au passage une musique de circonstance. Il peut aussi trouver un itinéraire plus spectaculaire si le pilote a une denrée rare: le temps. Avoir envie de confier en permanence ses déplacements à son moyen de locomotion est bien sûr une autre question. La moto n’est-elle pas synonyme de liberté?

Un centre de gravité abaissé

Le Compact Link affiche ses informations sur un écran tactile et en les projetant sur le pare-brise. Egalement équipementier, BMW a prévu une veste pourvue d’un capteur dans une manche. Il suffit de passer la main devant le compartiment au-dessous de la selle pour qu’il s’ouvre automatiquement, libérant un espace de rangement pour le casque.

Plus réussi que l’actuel gros scooter électrique de la marque, le Compact Link accueille les batteries dans sa section inférieure, à l’horizontale. A l’image de la plupart des voitures électriques, ce positionnement abaisse au maximum le centre de gravité de ces véhicules plus lourds que la moyenne. La solution technique permet en outre de soigner le style tendu du scooter, aux parties alternativement couvertes et découvertes. Il a des dimensions compactes, prenant peu de place dans les parkings moto. Une marche arrière est disponible.

Un constructeur actif dans les deux-roues

Autre tendance du moment: la personnalisation. L’instrumentation de bord peut être programmée à l’envi. La selle, ou plutôt le banc séparé du corps principal du scooter, peut être configurée pour une ou deux personnes. Plusieurs choix de panneaux latéraux ou de pare-brise sont disponibles.

Reste à voir si le Concept Link sera un jour commercialisé. BMW est de plus en plus actif dans le domaine du deux-roues, en particulier urbain. Le constructeur bavarois soumet régulièrement des études de motos ou scooters à l’appréciation du public et des spécialistes. Parfois sans suite. Parfois à grand succès, comme l’a montré le modèle néo-rétro NineT, presque devenu l’accessoire obligatoire du hipster.

Lire également: Après l’aérien, le souterrain low cost