En temps normal, il dort cinq à six heures par nuit. Ce qui lui suffit. «Une question d’habitude et de rythme», dit-il. Mais depuis une quinzaine de jours, il a réduit ce temps de sommeil. Deux à trois heures. Comment tient-il? Un haussement d’épaules, puis un sourire. Il n’a pas l’air d’un homme fatigué. Sans doute parce qu’il respecte par ailleurs une stricte hygiène de vie. Saine alimentation par exemple: légumes, poissons, eau minérale.

Une partie de la nuit, il lit ses courriels – 3800 en souffrance en ce moment – qui affluent du monde entier, tente de répondre à ses consœurs et confrères infectiologues ou épidémiologistes qui comme lui font face à l’épidémie de Covid-19. Didier Pittet dirige le service de prévention et de contrôle de l’infection aux Hôpitaux universitaires genevois. Autant dire qu’il est en première ligne. Lorsqu’il quitte son vaste (et très encombré) bureau du 9e étage, c’est pour entrer en cellule de crise. Il en ressort pour filer à l’aéroport (un cas suspect est annoncé), se rendre sur un plateau de télévision ou à une séance avec des responsables politiques.

Didier Pittet l’assure: «Une bonne communication est primordiale dans cette épidémie.» Dire et redire, aux jeunes surtout, que ce n’est pas le virus qui circule mais les gens, qu’il faut réduire les déplacements, les rassemblements, les contacts. Il explique: «Au minimum 80% des malades présentent une forme bénigne de la maladie. On peut être infecté et ne se sentir que légèrement grippé. Mais il y a une possibilité de transmission, notamment à l’intérieur des familles, qui aurait un impact sur les vieillards et les plus fragiles.»

L’urgence de freiner

Donc «il faut freiner la vitesse de propagation pour que le pic arrive le plus tard possible et qu’il soit le moins haut possible. Ainsi les structures hospitalières pourront faire face à un afflux de patients.» Son cauchemar: une situation à l’italienne. Ses confrères, à Bergame notamment, faute de respirateurs, cochent ceux qui ne seront pas soignés, au-delà de 75 ans en général. Didier Pittet a réalisé une vidéo avec le youtubeur Le Grand JD pour diffuser le message. Samedi dernier, il était aussi l’invité des deux Vincent (Kucholl et Veillon) dans 120 minutes sur RTS1. Ce type d’exercice ne semble pas lui déplaire. Et il passe bien, avec des propos clairs. Et cette gentillesse qu’il dégage, ainsi qu’une simplicité de tous les instants.

Qui sait que cet homme a été honoré par la reine d’Angleterre et fait commandeur de l’ordre de l’Empire britannique? «Mieux que Paul McCartney qui, en 1965, n’a été élevé qu’au rang de membre», s’amuse-t-il. En 1999, il a contribué à la mise en place du service de prévention des infections de l’Hammersmith Hospital de Londres et a prodigué ses conseils lors du lancement en 2003 de la campagne pour l’hygiène des mains. Il a été surtout anobli pour avoir offert à l’OMS et donc à l’humanité le produit révolutionnaire qu’est le gel hydroalcoolique dont on parle tant aujourd’hui.

Avec son équipe (médecins, chercheurs, infirmières, personnels de nettoyage, etc.), il a développé et démocratisé cette solution dont la formule a été imaginée par William Griffiths, un pharmacien anglais des HUG. Didier Pittet aurait pu devenir multimilliardaire en brevetant ses travaux. Au lieu de cela, il a choisi d’en faire don à tous. «L’hygiène des mains est une chose trop simple, trop nécessaire pour qu’elle soit brevetée», insiste-t-il. Son combat durant toute sa carrière: faire reculer les maladies dites nosocomiales, hôpital par hôpital, pays par pays, en Suisse, en Afghanistan, en Afrique où le déficit en eau courante fait encore des ravages. Six pour cent des patients suisses contractent une infection dans les hôpitaux.

En 1995, il prend un chronomètre et découvre qu’une infirmière des soins intensifs se lave les mains environ 22 fois par heure et qu’il lui faut une à deux minutes à chaque fois. «Quand on multiplie cette durée par 22, c’est impossible: on ne peut pas se désinfecter les mains avec de l’eau et du savon, ça prend trop de temps», témoigne-t-il dans le livre Le Geste qui sauve, paru en 2014 à L’Age d’Homme, qui lui est consacré. Une évidence s’impose: il faut utiliser de l’alcool, qui est un puissant antiseptique. La crise actuelle le démontre, c’est le produit miracle. Il était là, à portée de tous les soignants, mais personne n’avait pensé à le diffuser à grande échelle dans les institutions hospitalières.

Un battant

Didier Pittet est un battant, élevé par un couple modeste de Lancy (GE): un père mécanicien et une mère au foyer qui voulaient voir leur fils réussir ses études. Il envisage de devenir curé, mais passe beaucoup de temps chez un camarade dont le père est médecin. Il admire cet homme dont le métier est une vocation, un sacerdoce. Aux Evangiles, il va donc préférer le Vidal, la bible du médecin.

Plus de 180 pays et plus de 20 000 hôpitaux ont adopté la solution hydroalcoolique de Didier Pittet. Il continue, tel un baroudeur, à arpenter le monde, souvent sur ses jours de vacances. Il est pour le moment cloué à Genève, coronavirus oblige, annonce fièrement que la pharmacie des HUG vient de démarrer la production de 100 000 flacons de solution hydroalcoolique. En dépit des contraintes actuelles.


Profil

1957 Naissance à Genève.

2004 Commence à collaborer avec l’OMS.

2007 Honoré par la reine d’Angleterre.

2014 Parution du «Geste qui sauve», écrit par Thierry Crouzet (Ed. L’Age d’homme).


Retrouvez tous les portraits du «Temps».