– Que peut-on vous souhaiter pour les dix prochaines années?

– Je suis comme tout le monde, la santé pour mes proches et moi… Et avoir plus de temps.

– Où vous voyez-vous dans dix ans?

– Entre mon laboratoire et un lieu idyllique, propice à la réflexion et à l'écriture. J'aime la mer. La Grèce.

– Vous projetez-vous dans l'avenir?

– Tous les jours pour l'institution, c'est mon job. Mais pas pour moi.

– Des résolutions?

– Maigrir… Surtout, apprendre le chinois ou l'arabe.

– Qu'aurez-vous gagné dans dix ans?

– De la sagesse, j'espère.

– Qu'attendez-vous de la Suisse de 2018?

– Qu'elle soit plus entreprenante. Il y a la vraie Suisse, ouverte. Et la Suisse politique: qu'elle sorte de son isolement.– Qu'est-ce qui va marquer votre domaine ces dix prochaines années?

– Le début de la compréhension des bases biologiques de la conscience, avec notre projet Blue Brain notamment.

– En quoi l'humanité vous semble-t-elle en progrès?

– Où avez-vous trouvé ces questions?! L'humanité est toujours en progrès par sa meilleure compréhension du monde et de l'homme. Deux choses résistent au temps: la volonté d'aller plus loin dans la connaissance, et l'art.

– Un jour ou l'autre, le temps vous donnera raison. Sur quoi?

– Difficile. De manière immodeste, je dirais qu'il m'a déjà donné un peu raison, l'élargissement de la palette de l'EPFL, sans tuer les disciplines présentes.