Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Des centaines de toiles de Rembrandt ont été analysées sous toutes les coutures pour produire la nouvelle œuvre.
© Nextrembrandt.com

Digitale attitude

Des droits d’auteur pour les machines?

Le nombre croissant d’objets artistiques créés par des machines pose le problème du «copyright»

Lorsqu’un portrait intitulé The Next Rembrandt a été dévoilé en avril dernier à Amsterdam, le monde de l’art a été interpellé. Ce n’était pas une œuvre longtemps perdue qui avait été retrouvée, mais un tableau inconnu, généré par un ordinateur. Ce projet, réalisé par l’agence de publicité J. Walter Thompson pour promouvoir l’esprit d’innovation dans la culture aux Pays-Bas, a réuni des historiens, des développeurs et des analystes.

Ils ont d’abord créé une vaste base de données des peintures du maître, puis ont analysé des centaines de toiles pour arriver à produire un tableau fidèle en tout point au style de Rembrandt, capable de tromper les plus grands experts de l’art flamand.

Nouvelles techniques d’apprentissage

Mais ce n’est qu’un exemple parmi un nombre croissant de travaux artistiques réalisés par des ordinateurs: au Japon, un roman a atteint la finale d’un prix littéraire national. DeepMind, l’entreprise de Google dédiée à l’intelligence artificielle, a composé une mélodie originale. Des articles de presse et des poèmes ont été rédigés par des logiciels conversationnels.

Mais alors, qui détient les droits d’auteur de ces œuvres inédites? C’est la question posée par Andres Guadamuz, spécialiste en droit de la propriété intellectuelle, dans le journal The ConversationLes nouvelles techniques d’apprentissage profond (le deep learning, qui est une forme d’intelligence artificielle) permettent de générer des ouvrages artistiques sans intervention humaine. Alors que les hommes programment les algorithmes, le pouvoir décisionnel – l’étincelle créative – provient essentiellement de la machine.

Le statut des machines en question

Cela ne signifie pas pour autant que le droit d’auteur devrait être attribué à l’ordinateur. Les machines n’ont pas (encore) les droits et le statut des personnes en vertu de la loi. Mais cela ne signifie pas nécessairement qu’il n’y ait pas de droits d’auteur non plus. Pour Guadamuz, accorder ce droit à la personne ou l’entité qui a piloté le travail de l’intelligence artificielle semblerait la solution la plus logique.

A mesure que les machines évoluent pour reproduire les capacités humaines, il faudra envisager de les doter de protections morales et juridiques. Ce que nous considérons aujourd’hui comme des droits «humains».


Précédente chronique

Une jeune femme jugée coupable d’homicide involontaire par SMS

Publicité
Publicité

La dernière vidéo société

Alain Petitmermet: «J'ai vu cinq fois des gens passer sous ma locomotive»

Le mécanicien de locomotive a vécu en vingt ans de carrière entre cinq et six suicides. Il a dû abandonner le métier durant plusieurs années, avant d'y revenir avec une foi chrétienne grandissante, au point de vouloir y consacrer un livre

Alain Petitmermet: «J'ai vu cinq fois des gens passer sous ma locomotive»

n/a