Elles sont victimes d’abus d’autorité, de chantage, de sévices sexuels. Elles souffrent dans leur chair et dans leur âme. Elles arpentent, voilées, des couloirs qu’elles imaginaient sûrs, protégés par Dieu. Certaines, traumatisées, ont même décidé de s’enfuir. Les témoignages de onze femmes consacrées sont recueillis dans l’ouvrage Il velo del silenzio («Le Voile du silence», Editions San Paolo, 2021, en italien), rédigé par Salvatore Cernuzio. Le journaliste espère lever ce voile noir dessiné sur la couverture de l’ouvrage publié en novembre et couvrant le visage d’une femme vêtue de blanc. Sous l’étoffe, un thème encore trop rarement abordé: les violences dont sont victimes les sœurs dans le secret de leur couvent.