Les experts de la National Oceanic and Atmospheric Administration des Etats-Unis (NOAA) ont publié jeudi un nouveau point sur El Niño, une fluctuation climatique qui se manifeste périodiquement avec une intensité variable. Pour l'heure, les spécialistes ne pensent pas que les effets du phénomène seront aussi marqués que lors de l'anomalie record de 1997-1998, qui avait perturbé la météorologie dans de nombreuses régions du globe. Mais les prédictions numériques montrent tout de même que l'épisode 2002 risque de perdurer plusieurs mois encore.

«L'évolution vers des conditions El Niño mûres à l'échelle du bassin océanique s'est poursuivie pendant le mois d'octobre, constatent les spécialistes. La température des eaux de surface du Pacifique a continué à s'élever dans toutes les régions El Niño.» Des signes qui plaident pour le scénario d'une prolongation d'un phénomène «modéré», bien qu'un renforcement soit toujours possible.

Conséquences typiques de cette situation: des températures plus élevées et des précipitations plus importantes sur la côte Est du continent américain (Pérou, Equateur, Chili, Californie), ainsi que des précipitations plus fai-

bles sur l'autre rive du Pacifique équatorial (Indonésie). El Niño ne touche pas que la ceinture inter-tropicale, mais peut influencer le climat dans la plupart des régions du globe.