«Incompréhension… Stupeur…Scandale… Silence abasourdi…Révolte… La mort de Lucie a suscité la compassion de tout le pays et soulevé de bien douloureux points d’interrogations. Emotion intense, en l’église du christ-Roi, à Fribourg, lorsque Mgr Genoud entame son homélie. L’évêque de Lausanne, Genève et Fribourg célèbre, en ce lundi après-midi, la cérémonie d’ensevelissement de l’adolescente fribourgeoise de 16 ans, tuée par un récidiviste à Rieden, en Argovie, le 4 mars dernier.

La foule s’est déplacée en masse. Nombreux sont ceux qui doivent rester debout dans l’église, tandis que sur la place extérieure, les Fribourgeois ont interrompu leur routine quotidienne pour écouter la messe, retransmise par hauts-parleurs. Au total, il doit bien y avoir quelque 1500 personnes, dont une majorité de jeunes. La cérémonie est également retransmise dans l’église de Bulle.

Mgr Genoud poursuit son homélie: «Seigneur, parce que tu as été là, parce que tu es toujours là, Lucie, notre fille, notre sœur, notre nièce, notre cousine, notre amie, n’est pas vraiment morte. Elle n’est qu’endormie en toi, seigneur. Son corps seulement, pas son âme! Parce que elle, elle jouit déjà de ta joie de Dieu… Et toi, Seigneur, tu la maintiens dans l’éternelle jeunesse de ta vie pour laquelle tu l’as créée.»

Des frissons parcourent les bancs. Au troisième rang, deux garçons se tiennent par l’épaule. Un peu plus loin, une fille s’effondre en larmes, soutenue par sa mère, qui lui caresse doucement le dos. L’horrible meurtre de Lucie a bouleversé les adolescents, de Fribourg comme d’ailleurs. C’est pour cela qu’ils sont venus en nombre, vêtus de couleurs sombres pour la plupart. Certains ont inscrit le prénom de la défunte sur le dos de leur pull-over. Beaucoup tiennent une rose blanche à la main. Un appel avait été lancé sur Facebook à cette intention. Il a été largement suivi.