Documentaire

«Les Enfants d’Erasmus»: bientôt de la science-fiction?

A l’approche des élections du 26 mai, la chaîne de télévision franco-allemande Arte célèbre l’Europe dans une sélection de programmes spéciaux, dont un documentaire consacré au dispositif d'échange. «Les Enfants d’Erasmus» est une œuvre passionnante et nécessaire

«Erasmus est une chance, un billet pour une nouvelle vie.» Minos Digenis, architecte italien, s'est aujourd'hui établi à Barcelone après neuf mois en échange universitaire dans la capitale catalane en 1993. Si la Suisse ne réintégrera pas totalement le dispositif avant 2021, Erasmus, qui repose sur la libre circulation des personnes, reste un élément essentiel de l’identité européenne. Avec ses 9 millions de bénéficiaires, 200 pays accessibles et une grande diversité de profils, le programme séduit quelque 700 000 personnes chaque année, invitées à explorer le quotidien de leurs voisins pour un semestre ou une année entière. L’occasion de découvrir un autre pays, une autre façon de vivre, de manger, de se déplacer, d’étudier. Les réalisateurs Angeliki Aristomenopoulou et Andreas Apostolidis ont eu la bonne idée de se pencher sur le sujet, en interrogeant des participants d’hier et d’aujourd’hui dans un chassé-croisé passionnant d’expériences.

Lire également: Portrait de la génération Erasmus

Sulyvan voyage de France en Lituanie pour un stage dans une usine de soudure, Vera et Karo quittent l’Allemagne pour du bénévolat dans un camp de migrants en Grèce, Henok approfondit ses talents de musicien de jazz éthiopien en Irlande tandis que Sezgin est tiraillée entre l’envie de rester travailler en France après son stage en chirurgie cardiaque et l'idée de rentrer en Bulgarie, l’un des pays les plus pauvres d’Europe. Tant de parcours différents, de barrières de la langue à franchir, de traditions gustatives à affronter, tous mis en perspective par l’expertise d’historiens, de journalistes, de philosophes et de sociologues.

Générateur de sentiment européen

L’originalité de la proposition, après des dizaines de documentaires sous forme de témoignages enthousiastes, réside justement dans cette capacité à tirer les conséquences économiques et sociales d’Erasmus. A l’heure où les migrants sont systématiquement pointés du doigt, où les frontières nationales se referment à l’appel des partis extrémistes et où l’euroscepticisme gagne du terrain, Erasmus fait office de phare dans la nuit. Les intervenants du documentaire sont tous formels: en prônant l’intégration et la découverte de l’autre, le dispositif est en réalité un générateur de sentiment européen chez ses participants.

Lire aussi:  Luciana Vaccaro: «Les hautes écoles spécialisées vivent aussi des réseaux avec l’UE»

Ses bienfaits éducatifs ont changé l’Europe même, engendrant une mobilité plus importante et des millions de possibilités de mélanges culturels. Cette mixité est représentée dans Les Enfants d’Erasmus: l’Europe pour tous? par des étudiants de la première heure comme Pascal, un Français qui a rencontré Siobhan en Irlande en 1987 et avec qui il a eu deux «bébés Erasmus», ou Hannes, réalisateur allemand pour qui le dispositif a été un révélateur de carrière et qui explore désormais les clichés nationaux dans ses longs métrages.

Une main tendue

Tourné en cinq langues (français, allemand, espagnol, polonais et italien), le documentaire explore également les échanges d’enseignants, à travers l’expérience du professeur d’histoire Adam, un Polonais découvrant la Finlande à 45 ans. De retour dans son pays, il intègre dans ses classes de nouveaux outils pédagogiques inspirés du système nordique.

Opinion:  2019: entre désinformation et élections européennes

En trente ans, Erasmus a fait souffler le vent du changement et d’une grande ouverture sociale, mais certains semblent réfractaires à une telle utopie. A tel point que le philosophe et militant croate Srećko Horvat craint qu’Erasmus ne soit plus que de la «science-fiction» d’ici une dizaine d’années. Empli d’humanisme, Les Enfants d’Erasmus reste une main tendue aux électeurs européens pour les encourager à faire le bon choix dans les urnes le dimanche 26 mai.



«Les Enfants d’Erasmus», d’Angeliki Aristomenopoulou et Andreas Apostolidis, disponible en replay du 14 mai au 13 juin 2019 (1h10).

Publicité