Histoire

Des enregistrements secrets font revivre l'armistice de 1940

La bande-son de la capitulation française face à l'Allemagne a été retrouvée et fait l'objet d'un documentaire saisissant par le réalisateur franco-canadien Emmanuel Amara

«Je tiens à vous dire qu'il y a certaines conditions que nous n'accepterons pas, quoi qu'il arrive.» La voix qui chevrote est celle du général français Charles Huntziger. Face à lui, des officiers du Troisième Reich. Nous sommes le 22 juin 1940, en forêt de Compiègne, au nord de Paris, dans la clairière de Rethondes.

L'armistice est signée par les deux parties, entérinant la défaite de l'administration du maréchal Pétain, tenue désormais de collaborer avec la puissance occupante. Dans son documentaire 1940, les secrets de l'armistice programmé en ce moment sur France 5 (visible aussi en replay sur le site de France Télévisions), le réalisateur franco-canadien Emmanuel Amara nous fait entrer dans les coulisses de cette reddition dont Hitler avait voulu qu'elle se déroule dans le même wagon où avait été paraphé, à Rethondes déjà, l'armistice de 1918.

6 heures d'enregistrement, 45 disques

Pour le Führer, il s'agissait de laver l'affront en humiliant ceux qui avaient obtenu la capitulation allemande. A cet effet, Adolf Hitler avait fait cacher, à l'insu de la délégation française, des micros autour de la table de négociation. A cette époque, des caméras avaient certes filmé le très tendu face-à-face, mais on ignorait qu'une bande-son existait, d'une durée de six heures, contenue dans 45 disques de 78 tours. L'homme d'affaires et collectionneur français Bruno Ledoux les a retrouvés en 2015 lors d'une vente aux enchères en Allemagne. Le mystère demeure épais sur ce qu'ils sont devenus durant 75 ans. Pétain, à qui une copie fut remise, les a probablement emmenés dans ses fameuses malles en 1944 lors de sa fuite en Allemagne.

Lire aussi: Pétain et la France, ce piège qui dure depuis 1945

Bruno Ledoux avait déjà acquis en 2013 les archives personnelles d'Hitler laissées dans son bunker de Berlin et découvertes par des officiers français. Quatre années plus tard, ces archives avaient fait l'objet du documentaire Les derniers secrets d'Hitler, déjà réalisé par Emmanuel Amara.

La gêne, la tension, les silences et les vaines tentatives

«Pour écouter les 45 disques, Bruno Ledoux a fait appel à une société spécialisée qui a dû trouver le bon tourne-disque, ce qui ne fut pas facile, et agir avec précaution, car ils sont composés d'aluminium laqué, matériau très fragile», explique Emmanuel Amara. Pour en préserver la qualité sonore, les enregistrements n'ont été écoutés qu'une fois avant d'être sauvegardés sur bandes. Le documentariste a voulu faire un film «parce que c'est un moment d'histoire reconstitué avec les vraies voix de l'époque, les négociateurs français ont à peu près cédé sur tout face à Hitler».

Emmanuel Amara insiste sur le fait que cette bande-son n'est pas un scoop parce que le contenu des négociations a été, à l'époque, retranscrit en sténo dans le wagon. «L'ensemble des conversations ont fait l'objet de publication. Par ailleurs, des extraits ont déjà été diffusés sur des radios françaises grâce à la copie que les Allemands avaient conservée et qui se trouve aux archives allemandes à Fribourg», précise le réalisateur. Qui poursuit: «Mais là, on a la copie Pétain, ça veut dire qu'on a tout.»

On perçoit la gêne, la tension, les silences, les tentatives vaines des Français pour négocier le maintien d'une force armée d'armistice et leur refus de livrer aux nazis le nom des opposants allemands réfugiés en France. On entend au dehors la fanfare jouant le Deutschlandlied et le coup de téléphone surréaliste que Huntziger passe à Bordeaux, où s'était «délocalisé» le gouvernement français pour annoncer sur un ton soulagé: «C'est signé.» Comme s'il s'agissait là d'une négociation remportée. La bande-son retrouvée par Bruno Ledoux sera versée aux Archives nationales françaises.

Publicité