Sécurité

Entre la France et sa police, un fossé se creuse

L’encadrement des manifestations de «gilets jaunes» puis la mort d’un jeune Nantais dans la Loire au mois de juin nourrissent un désamour certain entre la population et les forces de l’ordre. Plusieurs enquêtes ont été diligentées

L’affaire de violences policières de trop? Les circonstances de la mort de Steve Maia Caniço, éducateur de 24 ans porté disparu après une intervention policière en pleine Fête de la musique, et retrouvé noyé lundi à Nantes, dans la Loire, mettent la France en ébullition et le gouvernement sous pression.

Ce 21 juin 2019, ce garçon sans histoires était allé s’amuser avec des amis dans un sound system organisé, comme chaque année, sur les bords du fleuve. Il a disparu après que la police eut mis fin à la soirée en usant d’un impressionnant arsenal, filmé par des vidéos amateur: tasers, matraques, grenades lacrymogènes, grenades de désencerclement et même tirs de LBD, ces lanceurs de balles suisses dont l’ONU a récemment condamné l’usage «disproportionné» en France.

A la suite de cette intervention en pleine fête, plusieurs participants avaient fini dans la Loire, repêchés par les sapeurs-pompiers. Et 89 personnes avaient porté plainte contre X pour «mise en danger de la vie d’autrui», déclenchant l’ouverture d’une enquête de l’IGPN (Inspection générale de la police nationale).

Riposte «justifiée»

Steve Maia Caniço ne savait pas nager. Mardi, une synthèse de dix pages de l’enquête administrative de l’IGPN sur les circonstances de sa disparition a été publiée et exonère la police de toute responsabilité. Seul bémol dans ce document, que Le Temps a pu consulter: «Des coups de matraque, montrés par une vidéo, sur une personne au sol pourraient constituer à l’égard de son auteur non identifié pour le moment, un usage disproportionné de la force ou l’absence de justifications particulières.»

Pour le reste, la riposte à de «très nombreux jets de projectiles» était «justifiée» et n’aurait aucun lien avec la disparition de Steve. L’avocate de ses parents, Me Cécile de Oliveira, a dénoncé un rapport d’une «partialité» qui «dérange». Ce mardi, le premier ministre, Edouard Philippe, a par ailleurs assuré son soutien à son ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, dont certains élus de l’opposition réclament désormais la démission. Il a également promis que «la transparence» serait faite et «les responsabilités tirées».

Ses paroles n’ont pas apaisé: mercredi, sur les réseaux sociaux, le hashtag #SelonIGPN accompagnait les clichés de plusieurs actions policières des derniers mois, assortis de commentaires sarcastiques accompagnant la violence des images. Parmi les interventions raillées, celle du 28 juin sur le pont de Sully, à Paris, quand la police délogeait des militants écologistes en plein sit-in pacifiste pour le climat en les aspergeant de gaz lacrymogène, à bout portant. Selon Christophe Castaner, cette intervention était «parfaitement légitime». Là encore, une enquête de l’IGPN a été lancée.

Plus de 250 procédures

Cette fameuse police des polices ne chôme pas depuis le début de la crise des «gilets jaunes», en novembre, et a déjà ouvert plus de 250 procédures, selon la chaîne d’information LCI. Mais aucune n’a abouti à une quelconque sanction, malgré plusieurs controverses. Parmi elles, le décès de Zineb Redouane le 3 décembre 2018, à Marseille. Cette octogénaire est morte deux jours après avoir été blessée au visage par une grenade lacrymogène, chez elle, alors qu’elle fermait ses volets pour se protéger des gaz tirés dans sa rue. Depuis, sa famille a déposé une plainte pour «dissimulation de preuves» et «faits de faux en écriture publique aggravés».

Parmi les affaires embarrassantes encore, celle de Geneviève Legay, retraitée niçoise de 73 ans grièvement blessée à la tête après avoir été projetée au sol, le 23 mars, lors d’une charge policière durant une manifestation certes interdite, mais non violente. Le procureur avait certifié qu’aucun policier n’avait bousculé la vieille dame. Le Monde vient de révéler que, lors de son audition avec ses supérieurs, ce même procureur a avoué avoir menti pour ne pas embarrasser Emmanuel Macron, qui avait affirmé à l’époque que la police n’était pas responsable des blessures de Geneviève Legay.

Divorce consommé

En novembre 2015, après le drame des attentats, la France acclamait ses forces de l’ordre. Quatre ans plus tard, le divorce est consommé. «On a l’impression que la machine à laver fonctionne à plein, c’est préoccupant», confie le journaliste et documentariste David Dufresne, qui, depuis la crise des «gilets jaunes», fait un travail de recensement sur son compte Twitter de ce qu’il considère comme des «violences policières». A ce jour, il en est à «860 signalements: 315 blessures à la tête, 24 éborgné·es, 5 mains arrachées». A ce jour également, aucun responsable désigné, alors qu’un témoin de l’évacuation policière de Nantes vient d’accuser l’IGPN de ne pas avoir recueilli son témoignage.

En face, la police française craque aussi, avec des syndicats dénonçant des conditions de travail en constante détérioration et un manque d’écoute de certaines hiérarchies. Depuis janvier, 45 policiers se sont même donné la mort. Mais le fossé se creuse avec les citoyens. «Une partie des policiers qui font du maintien de l’ordre ne sont ni formés, ni équipés, ni entraînés, donc ils font n’importe quoi», affirme David Dufresne. Cinq enquêtes sont désormais en cours pour comprendre les circonstances de la mort de Steve Maia Caniço, et plusieurs rassemblements sont prévus pour lui rendre hommage samedi.

Publicité