Pour faire face à une épidémie sans précédent de grippe porcine transmissible à l’homme, les autorités de la capitale mexicaine et de l’Etat voisin de Mexico ont décidé en urgence de fermer à partir de ce vendredi toutes les écoles et toutes les universités, pour une durée indéfinie. Une décision qui concerne près de dix-huit millions d’habitants.

Cette épidémie, dont les premiers signes sont apparus en mars, serait selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à l’origine de 800 cas suspects au Mexique, avec soixante morts confirmés, «de jeunes adultes qui ne souffraient pas auparavant de maladies connues». Les autorités mexicaines enquêtent pour leur part sur 943 cas suspects et 43 décès, dont neuf qui ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures, a indiqué vendredi le ministre mexicain de la Santé, Jose Angel Cordova. Les Etats-Unis sont également touchés avec sept cas, en Californie et au Texas, qui ont tous été guéris.

Souche virulente

L’OMS, qui a activé vendredi son «centre d’opération» destiné à faire face aux urgences sanitaires, n’en reste pas moins inquiète, les porcs pouvant servir de «creuset» pour donner naissance à une nouvelle souche très virulente pour l’homme en combinant les matériels génétiques de la grippe porcine et de la grippe aviaire.

Vendredi, lors d’une intervention télévisée, Jose Angel Cordova a indiqué qu’il s’agissait d’une «épidémie respiratoire jusqu’à maintenant contrôlable». Il a cependant appelé à «renforcer les mesures préventives» en fermant les établissements scolaires. Des mesures plus drastiques pourraient même être prises, si l’épidémie perdure, pour suspendre le travail dans les administrations et les entreprises.

Les autorités ont aussi recommandé d’éviter les rassemblements de personnes – une mission quasi impossible dans la populeuse Mexico, de se laver les mains fréquemment avec du savon, de ne pas se saluer en s’embrassant, de ne pas cracher et de ne pas partager ses aliments. Dans les rues de la capitale, beaucoup de piétons ou de passagers du métro ont devancé ces précautions en protégeant leur visage avec des masques médicaux.

Le gouvernement du District fédéral, cœur de la ville où vivent huit millions de personnes, a pour sa part annoncé que les dispensaires et centres de santé seraient ouverts ce week-end pour recevoir tous les patients présentant des symptômes grippaux. Il a aussi lancé une campagne massive de vaccination contre la fièvre porcine, qui a commencé dès vendredi avec la réception d’un million de doses.